Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ECHO DES MONTAGNES - Page 5

  • POUTINE, RUSSIE, FAMILLE, KREMLIN, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

     Il ya 1 heureune source: TASS

     

    MOSCOU, 7 octobre. / TASS /. Le président russe Vladimir Poutine a admis qu'il aimait communiquer avec ses petits-enfants, mais il n'aime pas être franc à propos de sa famille pour des raisons de sécurité. Il en a parlé dans une interview pour le projet TASS "20 questions à Vladimir Poutine".

    " />

    «J'ai des petits-enfants, je suis heureux. Ils sont très bons, si gentils, - le chef de l'Etat a partagé ses émotions. - Je prends un grand plaisir à communiquer avec eux. Petits enfants doux. Je pense que c'est un sentiment naturel pour chaque personne. Je l'ai dans ma vie. J'en suis très content ".

    En réponse à une question sur qui les petits-enfants du chef de l'Etat considèrent comme une autorité, il a évoqué le dialogue entre sa fille et l'un des petits-enfants. L'enfant a demandé à sa mère pourquoi il devrait lui obéir, et elle lui a rappelé comme argument qu'elle était plus âgée. «Non, le grand-père Vova est plus âgé», a déclaré Poutine en citant son petit-fils avec un sourire. «Donc dans une certaine mesure, probablement aussi pour eux (petits-enfants) - pour l'instant, en tout cas - je suis une telle autorité», a conclu le chef de l'Etat.

    Poutine a exprimé l'espoir qu'il était également une autorité pour ses filles, qui ont déjà grandi. Se rappelant sa propre jeunesse, il a admis que pendant ces années, il admirait lui-même les scouts. «Je voulais être comme Sorge au lycée», a-t-il dit, faisant référence à l'officier du renseignement Richard Sorge, qui, alors qu'il travaillait en Allemagne, au Japon et dans d'autres pays, a informé le commandement soviétique de l'attaque imminente de l'Allemagne contre l'URSS à l'été 1941 , et Voir aussi les plans du Japon sur le théâtre d'opérations du Pacifique.

     

    Questions de sécurité

    Parlant de sa famille, le président n'a néanmoins pas précisé combien de petits-enfants il avait, expliquant au journaliste Andrei Vandenko pourquoi il ne souhaitait pas partager d'informations supplémentaires. «Vous ne vivez pas ma vie et vous ne comprenez pas ce que sont les problèmes de sécurité», a-t-il déclaré. "C'est juste qu'une personne, quand elle est loin de ça, elle ne le remarque tout simplement pas."

    Poutine n'était pas d'accord avec l'argument de Vandenko selon lequel dans de nombreux pays, les membres de la famille des politiciens sont ouvertement impliqués dans la vie publique.

    «Les gens ne votent pas pour la famille, mais pour moi et pour les espoirs qu'ils associent à ma situation dans laquelle je suis actuellement», a expliqué le président.

    Je sais que la culture politique occidentale concerne la représentation de la famille. Mais il me semble que nous ne sommes pas dans un tel état pour faire face à ce théâtre. Nous devons l'avoir d'une manière adulte et sérieuse. C'est la première chose. Et  deuxièmement, il y a des problèmes de sécurité.
    Vladimir Poutine
    Président RF

    Le thème de la famille a refait surface dans une conversation avec Poutine et sur la question de ses pertes personnelles au cours des 20 dernières années. «Mes parents sont décédés au tout début de ce chemin (aux plus hauts postes du gouvernement). La plus grosse perte », a déclaré le président. Les parents de Poutine sont morts en 1998 et 1999.

     

    Bon anniversaire, Vladimir

     

     
     
  • PALESTINE, ISRAËL, PILLAGE, VIOL, GENOCIDE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

     

    PILLAGE EN MASSE DES BIENS PALESTINIENS EN 1948

    Quand on sait que cette armée « des plus morales » a expulsé près de 800.000 Palestiniens en 1948, en exerçant la terreur, massacrant 10.000 hommes femmes et enfants, et en rasant plus de 500 villages, est-il nécessaire de montrer que ses soldats, aidés par la population du nouvel Etat, ont également pillé tous les biens qu’ils trouvaient dans les maisons, magasins, usines et entrepôts palestiniens ?

    Le pillage en masse des biens palestiniens en 1948

    Oui, répond l’historien israélien Adam Raz,* qui vient de sortir un livre , la première monographie israélienne à ce jour, montrant que la Palestine, loin d’être une terre sans peuple, regorgeait de richesses en 1948, et que ceux qui ont tendance à qualifier les Arabes de voleurs, feraient bien de commencer par regarder leur histoire en face.

    « Réfrigérateurs et caviar, champagne et tapis, sans parler de la porcelaine, des colliers et bijoux en or… on comprend pourquoi Ben Gourion avait déclaré en juillet 1948 : «La plupart des juifs sont des voleurs», écrit l’auteur.

    • Témoignage de Dov Doron sur le pillage à Jérusalem : « Il y avait de la porcelaine avec des ornements d’or, et lorsque la nourriture était terminée, tout était emporté. Dans un autre endroit, nous avons trouvé un cellier avec montagnes de boîtes de caviar, et nous nous sommes jetés dessus. Après cela, les gars ne pouvaient plus toucher au caviar de toute leur vie. Nous avons passé 12 jours là-bas, alors que Jérusalem gémissait sous d’horribles pénuries, et nous prenions du poids. Nous avons mangé du poulet et des friandises que vous n’y croiriez pas. Dans l’église de Notre-Dame, certaines personnes se sont rasées avec du champagne. »

    « L’historien Adam Raz, au cours de ses recherches pour son nouveau livre « Le pillage de la propriété arabe dans la guerre d’indépendance», a rassemblé, pour la première fois en un seul volume, toutes les informations existantes sur le pillage des biens palestiniens par les Juifs pendant la guerre d’indépendance israélienne de 1947-49 – de Tibériade au nord à Be’er Sheva  dans le Sud ; de Jaffa à Jérusalem en passant par les villages, mosquées et églises disséminées entre eux. Raz parcouru le pays et les journaux de cette époque, a examiné toute la littérature existante sur le sujet. Le résultat est bouleversant. », commente le quotidien Haaretz.

    «De nombreuses parties de la population israélienne – civils et soldats – ont été impliquées dans le pillage des biens de la population arabe, indique Raz. Le pillage s’est répandu comme une traînée de poudre. Cela concernait le contenu de dizaines de milliers de maisons, de magasins et d’usines, d’équipements mécaniques, de produits agricoles, de bétail et plus, poursuit-il. Sont également inclus les pianos, les livres, les vêtements, les bijoux, les meubles, les appareils électriques, les moteurs et les voitures. »

    Intérieur d’une maison de Jaffa en 1935

    Et cela sans parler des terres et des bâtiments laissés par les Palestiniens qui ont été expulsés ou qui ont fui devant les massacres, avec la certitude qu’ils pourraient rentrer chez eux à la fin de la guerre. Raz se concentre uniquement sur les objets mobiliers, les objets qui peuvent être mis dans des sacs ou chargés sur des véhicules.

    « Le travail d’archivage approfondi de Raz a produit d’innombrables citations, ce qui rend la lecture douloureuse pour des personnalités de haut rang et pour l’establishment israélien, des dirigeants aux soldats de rang inférieur », commente Haaretz.

    • Le journal de Yosef Nachmani, un habitant de Tibériade qui avait été fondateur de l’organisation de défense juive Hashomer, contient l’introduction suivante sur les événements de sa ville en 1948 : «La foule juive s’est déchaînée et a commencé à piller les magasins  … Par dizaines et dizaines, en groupes, les Juifs ont dévalisé les maisons et les magasins des Arabes. « 

    De nombreux soldats, eux aussi, « ne sont pas restés en arrière et se sont joints aux festivités», a écrit Nahum Av, le commandant de la Haganah de la vieille ville de Tibériade, dans ses mémoires. « Il y avait une concurrence entre les différentes unités de la Haganah… qui venaient en voiture et en bateau et chargeaient toutes sortes d’objets… des réfrigérateurs, des lits, etc. «Naturellement, la foule juive de Tibériade a fait irruption pour faire de même. Et la ville, de normale qu’elle était est devenur une ville fantôme. »

    Tibériade en 1935
    • Netiva Ben-Yehuda, une combattante de Palmach qui a pris part à la bataille de Tibériade, raconte : «De telles images nous étaient connues. C’était la façon dont les choses nous avaient toujours été faites, pendant l’Holocauste, tout au long de la guerre mondiale et de tous les pogroms. Oy, comme nous connaissions ces images. Et ici – ici, nous faisions ces choses horribles aux autres ». «Nous avons tout chargé dans la camionnette – avec un terrible tremblement des mains. Et ce n’était pas à cause du poids.  Même maintenant, mes mains tremblent, rien qu’en écrivant à ce sujet. »

    « Tibériade, conquise par les forces juives en avril 1948, fut la première ville mixte judéo-arabe à être prise dans la guerre d’indépendance. C’était un archétype en miniature de tout ce qui se passerait dans les mois à venir dans les villes arabes et mixtes du pays », dit Raz.

    Au cours de ses recherches, il a découvert qu’aucune donnée officielle n’existait sur le pillage, sa portée physique et monétaire. Mais de toute évidence, de tels actes ont eu lieu largement dans chacune de ces villes.

    Raz a en effet trouvé des récits similaires à ceux de Tibériade dans la documentation de la bataille de Haïfa, qui a eu lieu quelques jours plus tard, les 21 et 22 avril. «En combattant et conquérant d’une main, les combattants ont trouvé le temps de piller, des machines à coudre, des tourne-disques et des vêtements, de l’autre », raconte Zeev Yitzhaki, qui a combattu dans le quartier Halisa de la ville.

    «Les gens ont attrapé tout ce qu’ils pouvaient… il était choquant de voir l’empressement à profiter du vide et à faire des descentes dans les maisons de personnes qu’un destin cruel avait transformé en réfugiés », ajoute Zadok Eshel, de la brigade Carmeli.

    Les pillages et les vols étaient si répandus que le procureur général qui accompagnait les forces combattantes à Haïfa, Moshe Ben-Peretz, déclara en juin 1948 : «Il n’y a plus rien à prendre [aux] Arabes. Simplement un pogrom… Et les commandants ont tous des excuses;  «Je viens juste d’arriver il y a deux semaines», etc. Il n’y a personne à détenir. « 

    • Moshe Carmel, commandant de la brigade Carmeli, à propos du pillage à Haïfa : « Il y avait tellement de maisons en ruines et de meubles brisés au milieu des tas de gravats. Les portes des maisons des deux côtés de la rue ont été cambriolées. De nombreux objets des maisons gisaient éparpillés sur les trottoirs… Sur le seuil de la maison se trouvait un berceau penché sur le côté, et une poupée nue, un peu écrasée, gisait à côté, son visage pointé vers le bas.  Où est le bébé?  Dans quel exil est-il allé?  Quel exil ? »

    Après la conquête de Haïfa, Ben-Gourion a écrit dans son journal sur «le vol total et complet» dans le quartier de Wadi Nisnas, perpétré par l’Irgun, la milice pré-étatique dirigée par Menahem Begin, et les forces de la Haganah. « Des personnes de la Haganah, y compris des commandants, ont été retrouvées avec des objets volés», a-t-il écrit. Quelques jours plus tard, lors d’une réunion de la direction de l’Agence juive, Golda Meir a noté que « Dans le secteur occupé par l’Irgun, en particulier, pas un fil n’a été laissé dans [aucune] maison. »

    Des rapports sur les pillages ont également été publiés dans la presse. À la fin de 1948, Aryeh Nesher, correspondant de Haaretz à Haïfa, a écrit: « Il s’avère que le peuple juif a également appris ce métier [le vol], et de manière très approfondie, comme il est de coutume chez les juifs. Tous les cercles du Yishouv y ont participé, indépendamment de la communauté ethnique et du pays d’origine. Nouveaux immigrants et anciens habitants d’Acre, résidents de longue date de l’Est et de l’Ouest sans discrimination ».

    «Les Juifs de Haïfa et de la région qui ont pillé la propriété de près de 70 000 Arabes à Haïfa, par exemple, connaissaient les Arabes dont ils pillaient les maisons. C’était certainement le cas également dans les villes mixtes et les villages qui existaient à côté des kibboutzim et des moshavim. Le livre regorge d’exemples attestant du fait que les pillards savaient que ce qu’ils faisaient était immoral. En outre, l’opinion publique savait que la majorité de la communauté palestinienne n’avait pas pris une part active aux combats. Dans la plupart des cas, en fait, les pillages ont eu lieu après les combats, dans les jours et les semaines qui ont suivi la fuite et l’expulsion des Palest

    L’auteur soutient qu’il y a eu ensuite une «conspiration du silence» à propos du phénomène. En conséquence, « même maintenant, en 2020, les collègues qui ont lu le livre avant sa publication ont été surpris par son ampleur», dit-il. « D’autant que les pillards ont volé leurs voisins . Il ne s’agit pas d’ennemis abstraits venus d’outre-mer, mais de voisins d’hier».

    De Haïfa, le livre de Raz se déplace à Jérusalem, où le pillage a duré des mois, dit-il. 

    • L’officier des opérations de la brigade Harel, Eliahu Sela, a décrit comment «des pianos et des fauteuils pourpre en or étaient chargés sur nos camions. C’était horrible. Les combattants ont vu une radio et ont dit: «Hé, j’ai besoin d’une radio.» Puis ils ont vu un service de table. Ils ont jeté la radio et ont pris le service de table … Les soldats ont bondi sur la literie. Ils ont chargé et chargé [des choses] dans leurs manteaux. »
    • Le sénateur David Werner, l’un des dirigeants de Brit Shalom, qui prônait la coexistence arabo-juive dans un État, et administrateur principal de l’Université hébraïque de Jérusalem, a décrit ce qu’il a vu: «Ces jours-ci, lorsque vous traversez les rues de Rehavia  [un quartier chic de Jérusalem], vous voyez partout des personnes âgées, des jeunes et des enfants revenant de Katamon ou d’autres quartiers avec des sacs remplis d’objets volés. Le butin est varié: réfrigérateurs et lits, horloges et livres, sous-vêtements et vêtements… »
    • Un officier des opérations de la brigade d’Etzioni, Eliahu Arbel, a décrit des soldats «enveloppés dans des tapis persans» qu’ils avaient volés. Une nuit, il est tombé sur un véhicule blindé suspect. «Nous avons découvert qu’il était rempli de réfrigérateurs, de tourne-disques, de tapis et autres». Mais il l’a laissé partir…
    • Un combattant de Palmach, à propos du pillage de Safed : «J’ai apporté quelques belles choses de Safed. Pour Sara et moi, j’ai trouvé des robes arabes superbement brodées, et ils pourraient peut-être les modifier pour nous ici. Des cuillères et des mouchoirs, des bracelets et des perles, une table damasquine et un ensemble de magnifiques demi-tasses à café en argent, et surtout, hier, Sara a apporté un immense tapis persan, totalement nouveau et magnifique, d’une beauté comme je n’avais jamais vu auparavant. Un salon comme celui-là peut rivaliser avec celui de tous les riches de Tel Aviv. »

    Raz se tourne ensuite vers les implications politiques d’un tel pillage. 

    «Ce n’est pas uniquement un récit de pillage, c’est une histoire politique», écrit-il.  Le pillage, affirme-t-il, « a été toléré » par les dirigeants politiques et militaires, et en premier lieu par Ben Gourion – malgré ses condamnations dans les forums officiels. De plus, selon Raz, le pillage « a joué un rôle politique dans la formation du caractère de la société israélienne. « .

    «Le pillage était un moyen de réaliser la politique de vidage du pays de ses résidents arabes. Premièrement, dans le sens simple, le pillage a transformé les pillards en criminels.  Deuxièmement, il a transformé les pillards qui ont commis des actes individuels bon gré mal gré en complices de la situation politique – des partenaires passifs d’une approche politique qui s’efforçait d’annuler la terre de ses résidents arabes, avec un intérêt direct à ne pas leur permettre de revenir.  « 

    «La personne qui a pillé les biens de son voisin n’était pas consciente d’être complice d’une ligne politique visant à empêcher le retour des Arabes. Mais au moment où vous entrez dans le bâtiment de votre voisin et retirez la propriété de la famille arabe qui y vivait jusqu’à la veille, vous êtes moins motivé pour qu’il revienne dans un autre mois ou une autre année. ».

    Le partenariat passif entre une approche politique spécifique et le pilleur individuel a également eu une influence à long terme. Cela a renforcé l’idée politique qui a épousé la ségrégation entre les peuples dans les années qui ont suivi la guerre.

    *Adam Raz, 37 ans, fait partie du personnel de l’Institut Akevot (qui se concentre sur les questions de droits de l’homme liées au conflit) et édite la revue Telem pour la Fondation Berl Katznelson. Il est également un contributeur fréquent d’articles historiques à Haaretz.

    (Traduit par Sarah V. pour CAPJPO-EuroPalestine)

    Article intégral : https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.highlight.MAGAZINE-jews-looted-arab-property-en-masse-in-48-the-authorities-let-them-1.9201926?utm_source=smartfocus&utm_medium=email&utm_campaign=weekend&utm_content=5029881

    CAPJPO-EuroPalestine

  • PALESTINE, ISRAËL, PILLAGE, VIOL, GENOCIDE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

     

    PILLAGE EN MASSE DES BIENS PALESTINIENS EN 1948

    Quand on sait que cette armée « des plus morales » a expulsé près de 800.000 Palestiniens en 1948, en exerçant la terreur, massacrant 10.000 hommes femmes et enfants, et en rasant plus de 500 villages, est-il nécessaire de montrer que ses soldats, aidés par la population du nouvel Etat, ont également pillé tous les biens qu’ils trouvaient dans les maisons, magasins, usines et entrepôts palestiniens ?

    Le pillage en masse des biens palestiniens en 1948

    Oui, répond l’historien israélien Adam Raz,* qui vient de sortir un livre , la première monographie israélienne à ce jour, montrant que la Palestine, loin d’être une terre sans peuple, regorgeait de richesses en 1948, et que ceux qui ont tendance à qualifier les Arabes de voleurs, feraient bien de commencer par regarder leur histoire en face.

    « Réfrigérateurs et caviar, champagne et tapis, sans parler de la porcelaine, des colliers et bijoux en or… on comprend pourquoi Ben Gourion avait déclaré en juillet 1948 : «La plupart des juifs sont des voleurs», écrit l’auteur.

    • Témoignage de Dov Doron sur le pillage à Jérusalem : « Il y avait de la porcelaine avec des ornements d’or, et lorsque la nourriture était terminée, tout était emporté. Dans un autre endroit, nous avons trouvé un cellier avec montagnes de boîtes de caviar, et nous nous sommes jetés dessus. Après cela, les gars ne pouvaient plus toucher au caviar de toute leur vie. Nous avons passé 12 jours là-bas, alors que Jérusalem gémissait sous d’horribles pénuries, et nous prenions du poids. Nous avons mangé du poulet et des friandises que vous n’y croiriez pas. Dans l’église de Notre-Dame, certaines personnes se sont rasées avec du champagne. »

    « L’historien Adam Raz, au cours de ses recherches pour son nouveau livre « Le pillage de la propriété arabe dans la guerre d’indépendance», a rassemblé, pour la première fois en un seul volume, toutes les informations existantes sur le pillage des biens palestiniens par les Juifs pendant la guerre d’indépendance israélienne de 1947-49 – de Tibériade au nord à Be’er Sheva  dans le Sud ; de Jaffa à Jérusalem en passant par les villages, mosquées et églises disséminées entre eux. Raz parcouru le pays et les journaux de cette époque, a examiné toute la littérature existante sur le sujet. Le résultat est bouleversant. », commente le quotidien Haaretz.

    «De nombreuses parties de la population israélienne – civils et soldats – ont été impliquées dans le pillage des biens de la population arabe, indique Raz. Le pillage s’est répandu comme une traînée de poudre. Cela concernait le contenu de dizaines de milliers de maisons, de magasins et d’usines, d’équipements mécaniques, de produits agricoles, de bétail et plus, poursuit-il. Sont également inclus les pianos, les livres, les vêtements, les bijoux, les meubles, les appareils électriques, les moteurs et les voitures. »

    Intérieur d’une maison de Jaffa en 1935

    Et cela sans parler des terres et des bâtiments laissés par les Palestiniens qui ont été expulsés ou qui ont fui devant les massacres, avec la certitude qu’ils pourraient rentrer chez eux à la fin de la guerre. Raz se concentre uniquement sur les objets mobiliers, les objets qui peuvent être mis dans des sacs ou chargés sur des véhicules.

    « Le travail d’archivage approfondi de Raz a produit d’innombrables citations, ce qui rend la lecture douloureuse pour des personnalités de haut rang et pour l’establishment israélien, des dirigeants aux soldats de rang inférieur », commente Haaretz.

    • Le journal de Yosef Nachmani, un habitant de Tibériade qui avait été fondateur de l’organisation de défense juive Hashomer, contient l’introduction suivante sur les événements de sa ville en 1948 : «La foule juive s’est déchaînée et a commencé à piller les magasins  … Par dizaines et dizaines, en groupes, les Juifs ont dévalisé les maisons et les magasins des Arabes. « 

    De nombreux soldats, eux aussi, « ne sont pas restés en arrière et se sont joints aux festivités», a écrit Nahum Av, le commandant de la Haganah de la vieille ville de Tibériade, dans ses mémoires. « Il y avait une concurrence entre les différentes unités de la Haganah… qui venaient en voiture et en bateau et chargeaient toutes sortes d’objets… des réfrigérateurs, des lits, etc. «Naturellement, la foule juive de Tibériade a fait irruption pour faire de même. Et la ville, de normale qu’elle était est devenur une ville fantôme. »

    Tibériade en 1935
    • Netiva Ben-Yehuda, une combattante de Palmach qui a pris part à la bataille de Tibériade, raconte : «De telles images nous étaient connues. C’était la façon dont les choses nous avaient toujours été faites, pendant l’Holocauste, tout au long de la guerre mondiale et de tous les pogroms. Oy, comme nous connaissions ces images. Et ici – ici, nous faisions ces choses horribles aux autres ». «Nous avons tout chargé dans la camionnette – avec un terrible tremblement des mains. Et ce n’était pas à cause du poids.  Même maintenant, mes mains tremblent, rien qu’en écrivant à ce sujet. »

    « Tibériade, conquise par les forces juives en avril 1948, fut la première ville mixte judéo-arabe à être prise dans la guerre d’indépendance. C’était un archétype en miniature de tout ce qui se passerait dans les mois à venir dans les villes arabes et mixtes du pays », dit Raz.

    Au cours de ses recherches, il a découvert qu’aucune donnée officielle n’existait sur le pillage, sa portée physique et monétaire. Mais de toute évidence, de tels actes ont eu lieu largement dans chacune de ces villes.

    Raz a en effet trouvé des récits similaires à ceux de Tibériade dans la documentation de la bataille de Haïfa, qui a eu lieu quelques jours plus tard, les 21 et 22 avril. «En combattant et conquérant d’une main, les combattants ont trouvé le temps de piller, des machines à coudre, des tourne-disques et des vêtements, de l’autre », raconte Zeev Yitzhaki, qui a combattu dans le quartier Halisa de la ville.

    «Les gens ont attrapé tout ce qu’ils pouvaient… il était choquant de voir l’empressement à profiter du vide et à faire des descentes dans les maisons de personnes qu’un destin cruel avait transformé en réfugiés », ajoute Zadok Eshel, de la brigade Carmeli.

    Les pillages et les vols étaient si répandus que le procureur général qui accompagnait les forces combattantes à Haïfa, Moshe Ben-Peretz, déclara en juin 1948 : «Il n’y a plus rien à prendre [aux] Arabes. Simplement un pogrom… Et les commandants ont tous des excuses;  «Je viens juste d’arriver il y a deux semaines», etc. Il n’y a personne à détenir. « 

    • Moshe Carmel, commandant de la brigade Carmeli, à propos du pillage à Haïfa : « Il y avait tellement de maisons en ruines et de meubles brisés au milieu des tas de gravats. Les portes des maisons des deux côtés de la rue ont été cambriolées. De nombreux objets des maisons gisaient éparpillés sur les trottoirs… Sur le seuil de la maison se trouvait un berceau penché sur le côté, et une poupée nue, un peu écrasée, gisait à côté, son visage pointé vers le bas.  Où est le bébé?  Dans quel exil est-il allé?  Quel exil ? »

    Après la conquête de Haïfa, Ben-Gourion a écrit dans son journal sur «le vol total et complet» dans le quartier de Wadi Nisnas, perpétré par l’Irgun, la milice pré-étatique dirigée par Menahem Begin, et les forces de la Haganah. « Des personnes de la Haganah, y compris des commandants, ont été retrouvées avec des objets volés», a-t-il écrit. Quelques jours plus tard, lors d’une réunion de la direction de l’Agence juive, Golda Meir a noté que « Dans le secteur occupé par l’Irgun, en particulier, pas un fil n’a été laissé dans [aucune] maison. »

    Des rapports sur les pillages ont également été publiés dans la presse. À la fin de 1948, Aryeh Nesher, correspondant de Haaretz à Haïfa, a écrit: « Il s’avère que le peuple juif a également appris ce métier [le vol], et de manière très approfondie, comme il est de coutume chez les juifs. Tous les cercles du Yishouv y ont participé, indépendamment de la communauté ethnique et du pays d’origine. Nouveaux immigrants et anciens habitants d’Acre, résidents de longue date de l’Est et de l’Ouest sans discrimination ».

    «Les Juifs de Haïfa et de la région qui ont pillé la propriété de près de 70 000 Arabes à Haïfa, par exemple, connaissaient les Arabes dont ils pillaient les maisons. C’était certainement le cas également dans les villes mixtes et les villages qui existaient à côté des kibboutzim et des moshavim. Le livre regorge d’exemples attestant du fait que les pillards savaient que ce qu’ils faisaient était immoral. En outre, l’opinion publique savait que la majorité de la communauté palestinienne n’avait pas pris une part active aux combats. Dans la plupart des cas, en fait, les pillages ont eu lieu après les combats, dans les jours et les semaines qui ont suivi la fuite et l’expulsion des Palest

    L’auteur soutient qu’il y a eu ensuite une «conspiration du silence» à propos du phénomène. En conséquence, « même maintenant, en 2020, les collègues qui ont lu le livre avant sa publication ont été surpris par son ampleur», dit-il. « D’autant que les pillards ont volé leurs voisins . Il ne s’agit pas d’ennemis abstraits venus d’outre-mer, mais de voisins d’hier».

    De Haïfa, le livre de Raz se déplace à Jérusalem, où le pillage a duré des mois, dit-il. 

    • L’officier des opérations de la brigade Harel, Eliahu Sela, a décrit comment «des pianos et des fauteuils pourpre en or étaient chargés sur nos camions. C’était horrible. Les combattants ont vu une radio et ont dit: «Hé, j’ai besoin d’une radio.» Puis ils ont vu un service de table. Ils ont jeté la radio et ont pris le service de table … Les soldats ont bondi sur la literie. Ils ont chargé et chargé [des choses] dans leurs manteaux. »
    • Le sénateur David Werner, l’un des dirigeants de Brit Shalom, qui prônait la coexistence arabo-juive dans un État, et administrateur principal de l’Université hébraïque de Jérusalem, a décrit ce qu’il a vu: «Ces jours-ci, lorsque vous traversez les rues de Rehavia  [un quartier chic de Jérusalem], vous voyez partout des personnes âgées, des jeunes et des enfants revenant de Katamon ou d’autres quartiers avec des sacs remplis d’objets volés. Le butin est varié: réfrigérateurs et lits, horloges et livres, sous-vêtements et vêtements… »
    • Un officier des opérations de la brigade d’Etzioni, Eliahu Arbel, a décrit des soldats «enveloppés dans des tapis persans» qu’ils avaient volés. Une nuit, il est tombé sur un véhicule blindé suspect. «Nous avons découvert qu’il était rempli de réfrigérateurs, de tourne-disques, de tapis et autres». Mais il l’a laissé partir…
    • Un combattant de Palmach, à propos du pillage de Safed : «J’ai apporté quelques belles choses de Safed. Pour Sara et moi, j’ai trouvé des robes arabes superbement brodées, et ils pourraient peut-être les modifier pour nous ici. Des cuillères et des mouchoirs, des bracelets et des perles, une table damasquine et un ensemble de magnifiques demi-tasses à café en argent, et surtout, hier, Sara a apporté un immense tapis persan, totalement nouveau et magnifique, d’une beauté comme je n’avais jamais vu auparavant. Un salon comme celui-là peut rivaliser avec celui de tous les riches de Tel Aviv. »

    Raz se tourne ensuite vers les implications politiques d’un tel pillage. 

    «Ce n’est pas uniquement un récit de pillage, c’est une histoire politique», écrit-il.  Le pillage, affirme-t-il, « a été toléré » par les dirigeants politiques et militaires, et en premier lieu par Ben Gourion – malgré ses condamnations dans les forums officiels. De plus, selon Raz, le pillage « a joué un rôle politique dans la formation du caractère de la société israélienne. « .

    «Le pillage était un moyen de réaliser la politique de vidage du pays de ses résidents arabes. Premièrement, dans le sens simple, le pillage a transformé les pillards en criminels.  Deuxièmement, il a transformé les pillards qui ont commis des actes individuels bon gré mal gré en complices de la situation politique – des partenaires passifs d’une approche politique qui s’efforçait d’annuler la terre de ses résidents arabes, avec un intérêt direct à ne pas leur permettre de revenir.  « 

    «La personne qui a pillé les biens de son voisin n’était pas consciente d’être complice d’une ligne politique visant à empêcher le retour des Arabes. Mais au moment où vous entrez dans le bâtiment de votre voisin et retirez la propriété de la famille arabe qui y vivait jusqu’à la veille, vous êtes moins motivé pour qu’il revienne dans un autre mois ou une autre année. ».

    Le partenariat passif entre une approche politique spécifique et le pilleur individuel a également eu une influence à long terme. Cela a renforcé l’idée politique qui a épousé la ségrégation entre les peuples dans les années qui ont suivi la guerre.

    *Adam Raz, 37 ans, fait partie du personnel de l’Institut Akevot (qui se concentre sur les questions de droits de l’homme liées au conflit) et édite la revue Telem pour la Fondation Berl Katznelson. Il est également un contributeur fréquent d’articles historiques à Haaretz.

    (Traduit par Sarah V. pour CAPJPO-EuroPalestine)

    Article intégral : https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.highlight.MAGAZINE-jews-looted-arab-property-en-masse-in-48-the-authorities-let-them-1.9201926?utm_source=smartfocus&utm_medium=email&utm_campaign=weekend&utm_content=5029881

    CAPJPO-EuroPalestine

  • PEDOCRIMINALITE, ASE, CHRISTIAN COTTEN, POLITIQUE DE VIE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

    Manifestations STOP A LA PÉDOCRIMINALITÉ ET AUX PLACEMENTS ABUSIFS DES ENFANTS - Dimanche 11 octobre 2020.

     
     
     
     
         
     
     
     
     
     
     
     
    Si vous ne parvenez pas à lire cet e-mail, cliquez ici
     
    POLITIQUE DE VIE
     
     
    Pédocriminalité et placements abusifs
    des enfants par l'Ase.
    Manifestations publiques du 11 octobre 2020.
     
     
     
    Les dénonciations des pratiques pédocriminelles des réseaux qui utilisent les institutions de l'État à leur profit et pour se protéger mutuellement sont chaque jour de plus en plus nombreuses, tant aux États-Unis, en Europe et en France.
     
    Des milliers de victimes des maltraitances institutionnelles causées par l'Autorité Judiciaire et l'Aide Sociale à l'Enfance expriment de plus en plus haut et fort leurs souffrances et leurs colères et manifestent désormais chaque mois non seulement pour dénoncer mais surtout pour faire cesser ces violences inacceptables faites aux enfants.  
     
    D'où l'intérêt pour nombre d'observateurs et de destinataires de la présente, élus locaux, parlementaires, journalistes, avocats, fonctionnaires, militaires... de prendre très attentivement connaissance de ces dossiers.
     
    Paris, le 5 octobre 2020.
     
     
    Dimanche 6 septembre 2020, 500 personnes se sont rassemblées place de la Bastille à Paris, pour dénoncer haut et fort les réseaux pédocriminels et les placements abusifs ou inversés de dizaines de milliers d'enfants.
     
    Pour plus d'informations, consulter notamment :
     
     
     
     
     
     
     
    Plus de quatre heures d'enregistrements des témoignages et interventions ont été enregistrées par plusieurs médias indépendants et notamment par Vécu, le média des Gilets Jaunes, dont on retrouvera la vidéo cI-dessous. Sur la même châine, quelques brefs extraits.
     
    Paris, la Bastille, 6 septembre 2020
     
     
    Publié vers 68 000 courriels par
    Christian COTTEN
    Psychosociologue,
    Président de Politique de Vie.
     
     
    Christian COTTEN - Politique de Vie
    75020 PARIS
    christian.cotten@politiquedevie.fr

  • ETATS-UNIS, MENSONGE, BOMBE, BOMBARDEMENT, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

     Fake US History Ce tableau américain, dans lequel un général britannique remet son épée à George Washington près de Yorktown, acceptant de rendre la ville, dépeint quelque chose qui ne s'est jamais produit en réalité. C'est un faux. Pendant ce temps, cette histoire est très populaire aux États-Unis. Vous demandez - pourquoi les Français ont-ils eu besoin de se battre pour les États-Unis? Les Français ont ainsi vengé la Grande-Bretagne de la récente défaite de la guerre de Sept Ans et de la perte du Canada, sorte de "République populaire d'Amérique du Nord" (gee ...) sous le patronage du Royaume de France ...


    Après avoir soigneusement étudié l'histoire, j'ai réalisé il y a longtemps que l'histoire de n'importe quel pays est une combinaison de réalité et de mythes. Dans certains pays, les mythes de l'histoire de l'État dépassent en nombre la part de la vérité historique.

    Mais le pays le plus mythifié est peut-être les États-Unis. Toute leur histoire est un mythe continu.

    Prenons, par exemple, la fameuse «guerre d'indépendance» qui a créé les États-Unis. Selon le mythe répandu par les historiens et les politiciens américains, tout ressemblait à ceci: une bande d'agriculteurs patriotiques et de chasseurs de contrebandeils ont fortement «empilé» l'armée britannique ... et ainsi les «grands» États-Unis sont apparus. En réalité, tout était l'inverse - l'armée britannique a fortement «empilé» les fermiers et les passeurs (ainsi que les pirates et les putains de port), dont l'armée américaine était alors les chassant avec des chiffons sur le continent nord-américain.

    Et seule l'intervention de l'armée et de la marine royales françaises, ainsi que de la marine royale espagnole et du tsar russe, a sauvé la jeune «démocratie» des États-Unis de la profanation par les guerriers britanniques. La millième armée du général britannique Cornwallis se rendra le 19 octobre à Yorktown en Virginie, immédiatement après que la flotte française de l'amiral de Grasse eut coupé les troupes britanniques de la mère patrie, laissant les Britanniques sans renforts, sans nourriture et sans équipement militaire. La défaite à Yorktown fut un coup dur pour l'Angleterre, en le résultat et prédéterminé l'issue de la guerre. Dans ce cas, «l'armée continentale» américaine, sous le commandement de George Washington, gardait le convoi.





    En outre, un rôle important dans la défaite de la Grande-Bretagne a été joué par la neutralité armée introduite par un groupe de puissances navales dirigées par l'Empire russe. La liberté de commerce soutenue par la marine russe a libéré les États-Unis du blocus en mer. Et quant aux «Américains» eux-mêmes, le «patriotisme» des agriculteurs et des chasseurs américains était si «grand» que George Washington n'a pu attirer des «volontaires» dans l'armée que par des promesses de leur payer de l'argent et d'attribuer, après la victoire, la propriété personnelle de la terre.

    L'une des annonces appelant à rejoindre l'armée américaine était la suivante: "Des gars joyeux qui veulent faire fortune sont immédiatement invités à la base régimentaire, où ils seront chaleureusement accueillis par des gars courageux et traités à une bonne boisson appelée rhum." Il n'est pas surprenant que J. Washington lui-même (au fait, le propriétaire de l'esclave) était très déçu de son armée, de son état et de sa moralité. «Malgré toutes sortes de vertus sociales attribuées à ces gens», écrit-il, «il n'y a aucune autre nation sous le soleil qui vénère autant l'argent».

    Washington a également souligné l'ivresse aveugle des «volontaires» et l'a combattue sans succès ... Il est clair que ces «héros» avaient besoin des Français pour se battre pour le «rêve américain», car les Américains eux-mêmes ne voulaient pas se battre pour leur «liberté». Comme vous pouvez le voir, le mythe à propos de «gens libres» qui «ont gagné la liberté pour eux-mêmes» par «amour de la liberté» - s'effondre face à des documents historiques, comme un château de cartes dans le vent.

    Et c'est comme ça qu'ils l'ont - toute l'histoire des États-Unis est constituée de mythes ou, comme on dirait aujourd'hui, de faux. Les États-Unis sont un faux pays avec une fausse histoire, répandant de fausses «valeurs», de fausses nouvelles et des déclarations à travers le monde. Ils ont même de faux héros nationaux: Superman, Wonder Woman, Captain America, Batman et ainsi de suite ...

    Un pays construit sur le mensonge et vivant dans le mensonge est comme une maison construite sur le sable. Sous l'influence de la vérité, qui dissipera le mensonge, cette maison s'effondrera inévitablement. Nous avons le plaisir d'observer le début de ce processus déjà maintenant ...

    PS Oui, au fait, je tiens à noter que le deuxième, après les États-Unis, un faux pays avec une fausse histoire est l'Ukraine, la colonie américaine nouvellement acquise. Mais c'est une autre histoire…


     ...