Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ECHO DES MONTAGNES

  • ITALIE, ROME, VATICAN, CATHOLIQUE, MUSULMAN, DAESH, MOSSAD, JUIF, FRANC-MACON, CRIF, LICRA,ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

    EN AC-SION
     
     
     L’Écho des Montagnes, dans le légitime but de vous informer, vous rappelle que l'E.I. ou DAESCH, c'est "quif quif qoua la bariette"; c'est à dire que le patron de DAESCH est juif sioniste agent du Mossad.
    Que les 50 principaux dirigeant de ce groupe sioniste ne sont pas musulman mais jérusaliste.
     
     
    Donc voici en scoop la" décla-rat-sion" de ce groupe terroriste mossadien.
     
     
     
    Daesh a déclaré :  "Il est très difficile de faire un attentat en Italie".

    En réalité, certains documents des Services Secrets Italiens, dont le contenu a été récemment révélé, ont permis d'affirmer que Daesh  a déjà essayé, il y a quelque temps, d'organiser un attentat en Italie.
    Deux terroristes, en provenance d'un pays du Moyen-Orient, sont arrivés à Naples avec la ferme intention d'exécuter le châtiment d'Allah pour les italiens infidèles.

    Voici comment cela s'est déroulé...

    Dimanche 23h47
    Ils arrivent à l'aéroport international de Naples, en provenance d'Istanbul Ils sortent de l'aéroport après huit heures, car on a égaré leurs valises. La société de gestion de l'aéroport n'assume pas la responsabilité de la perte et un employé conseille alors aux terroristes de repasser le lendemain : "qui sait, avec un peu de chance..."
    Ils prennent alors un taxi. Le conducteur (qui travaille au noir, sans
    licence officielle) les regarde dans le rétroviseur et, voyant qu'ils sont étrangers, les promène dans toute la ville pendant une heure et demi.
    Voyant qu'ils ne se plaignent pas, juste après que le compteur ait indiqué 200 euros, il décide de leur faire un sale coup. Arrivé au rond-point de Villarica, il s'arrête et fait monter un complice. Après les avoir volés et roués de coups, ils les abandonnent, inanimés, dans le quartier nord.

    Lundi 04h30
    A leur réveil, après un passage a l'hôpital, les deux terroristes réussissent à rejoindre un hôtel dans la zone de Piazza Borsa. Ils décident donc de louer un voiture chez Hertz, à Piazza Municipio. Ils se dirigent alors vers l'aéroport, mais juste avant d'arriver à Piazza Mazzini, ils restent bloqués dans une manifestation d'étudiants, d'anti-mondialistes en blouse blanche et de chômeurs napolitains, qui ne les font pas passer.

    Lundi 12h30
    Ils parviennent finalement à Piazza Garibaldi. Ils décident de changer leurs devises.... Leurs dollars sont alors changés en faux billets de 100 euros.

    Lundi 15h45
    Ils arrivent à l'aéroport de Capodichino avec la ferme intention de détourner un avion pour le précipiter sur les tours de l'ENEL (l'équivalent de EDF en Italie) du "Centro Direzionale".
    Mais les pilotes d'ALITALIA sont en grève car il réclament le quadruplement de leur salaire et de réduire leur temps de travail. Même chose pour les
    contrôleurs aériens, qui exigent la machine à poinçonner pour tous ("sinon, quels foutus contrôleurs sommes-nous?!" ont-ils déclaré).
    Le seul avion disponible sur la piste est un avion de la MARADONA AIRLINES dont la destination est Alghero (en Sardaigne) et il a 18 heures de retard...
    Les employés et les passagers campent dans la salle d'attente... et se mettent à brailler des chants populaires.. et entonnent des slogans contre le gouvernement et les pilotes! Les hommes de la Sécurité Aéroportuaire arrivent et commencent à frapper tout le monde à grands coups de gourdins, à droite et à gauche, et s'acharnent en particulier sur les deux arabes.

    Lundi 19h05
    Finalement, les choses se tassent. Les deux fils d'Allah, couverts de sang, s'approchent du comptoir de MARADONA AIRLINES pour acheter des billets pour Sassari, s'emparer de l'avion et le précipiter contre les tours de l'ENEL.
    Le responsable de MARADONA AIRLINES qui leur vend les billets, ne dit pas que le vol, en réalité, a déjà été supprimé.

    Lundi 22h07
    A ce moment-là, les terroristes discutent pour savoir s'ils doivent poursuivre ou non... Ils ne savent pas si détruire Naples est un acte de guerre ou plutôt de charité...

    Lundi 23h02
    Morts de faim, ils décident de manger quelque chose au restaurant de l'aéroport. Ils commandent un sandwich "omelette, moules et pépéronade".

    Mardi 04h35
    En proie à une salmonellose foudroyante provoquée par l'omelette, ils finissent à l'Hôpital Cardarelli, après avoir attendu toute la nuit dans le couloir des urgences. La chose n'aurait pas duré plus de deux jours, si le choléra provoqué par les moules ne s'était pas déclaré.

    Dimanche 17h20
    Ils sortent de l'hôpital après douze jours et se retrouvent dans les parages du Stade San Paolo. L'équipe de Naples a perdu à domicile contre le Palermo 3 à 0, grâce à deux penalties accordés à l'équipe sicilienne par l'arbitre Concettino Riina de Corleone. Une bande d'ultras napolitains, voyant les deux à la peau basanée, les prennent pour des supporters du Palermo et leur filent une sacré rouste. Le chefs des ultras, un certain "Peppo u Ricchione" ("Peppo la Tarlouze"), abuse sexuellement d'eux.

    Dimanche 19h45
    Finalement les ultras s'en vont. Les deux terroristes décident de se saouler pour la première fois de leur vie (même si c'est pêché!).
    Dans une gargote de la zone portuaire, on leur refile du vin coupé avec du méthanol et les deux retournent à l'hôpital Cardarelli pour intoxication. On leur découvre aussi la séropositivité au virus HIV (Peppo ne pardonne pas!).

    Mardi 23h42
    Les deux terroristes fuient l'Italie en radeau, direction la Libye, à moitié aveugles à cause du méthanol ingéré et avec une bonne douzaine d'infections dues au virus HIV. Ils jurent devant Allah qu'ils ne tenteront jamais plus rien contre ce pays inhospitalier. 
     
    E VIVA L'ITALIA !!
     
    Frédéric BERGER 

  • MOU DU GENOUX

    Mou_du_genou.pps

  • GAZA,PALESTINE, ZIAD MEDOUKH, JUIF, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

    En direct de Gaza

    Trois raids israéliens sur la bande de Gaza

     

    Les avions militaires israéliens ont mené trois raids sur différents lieux dans la bande de Gaza tôt ce mercredi 24 juin 2015.

    C’était dans la ville de Beit Hanoun au nord de la bande de Gaza.

    Aucun blessé n’a été signalé lors de ce bombardement israélien en plein mois de Ramadan.

    L’aviation israélienne a bombardé de nouveau la bande de Gaza, une région toujours sous blocus israélien inhumain.

    L’armée israélienne viole presque tous les jours l’accord du cessez le feu et ne respecte pas la trêve.

    Le gouvernement israélien d’extrême droit veut provoquer les factions de Gaza.

    Rien ne semble changer pour les Gazaouis onze mois après la fin de la dernière offensive militaire israélienne en été 2014.

    Blocus, bombardements, agressions, incursions, souffrance, blessés et attaques permanentes.

    Devant le silence complice de cette communauté internationale officielle

    Et devant l’absence des médias étrangers qui occultent cette réalité

    Gaza résiste, existe et vit !

    Gaza la courageuse défie l’occupation !

    Gaza la vie persiste !

    Gaza sous blocus patiente !

    Gaza la dignité garde toujours espoir !

    Gaza la déterminée continue de s’accrocher à la vie !

    Et Gaza la vie défie les ennemis de la vie !