Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ECHO DES MONTAGNES

  • SYRIE, ONU, BACHAR AL-JAAFARI, DAECH, ISRAËL, FRANC-MACON, OBAMA, USA, CRIF, JUIF, TALMUD, SAVOIE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER,

     

     

                 NAPOLÉON III ET LA SYRIE

     

     

     

    Dr Bachar al-Jaafari à l'ONU 
     
     

    Syrie : Nous sommes passés d’une guerre par procuration à une vraie guerre !

     

    Ce 21 septembre lors d’une énième session du Conseil de sécurité de l’ONU sur la situation en Syrie, Ban Ki-moon aurait déclaré :

    « C’est l’occasion de rétablir la cessation des hostilités, faciliter l’aide humanitaire à Alep et dans tout le pays, maintenir au sol la force aérienne syrienne et voir une action militaire conjointe contre les groupes terroristes tels que Daech et Al Nosra… cela permettrait d’ouvrir la voie vers des négociations politiques » [*].

    Maintenir au sol la force aérienne syrienne ! Pour quoi faire, sinon légitimer les mensonges, la cruauté et la rapacité de ses donneurs d’ordre ?

    Pour mémoire, voici la réponse du Docteur Bachar al-Jaafari, délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies [NdT].

    ___________________________________

    Mesdames et Messieurs,

    Nous sommes réunis dans cette salle alors qu’au dehors nombre de manifestants sur la 47ème rue exigent que certains membres de ce Conseil ne touchent plus à la Syrie [Hands off Syria !], cessent leurs frappes et arrêtent de soutenir les organisations terroristes ; de telles manifestations ayant lieu dans plusieurs villes américaines, en Californie et ailleurs.

     

    Monsieur le Président,

    Cette importante séance du Conseil de sécurité sur la situation en mon pays se tient à un moment extrêmement sensible où nous constatons de dangereux déséquilibres contredisant les signaux indicateurs d’un dénouement positif la semaine passée.

    Ceci, à cause des dérobades des États-Unis à l’accord conclu avec la Fédération de Russie, le 9 septembre dernier, et de leur absence de volonté d’obliger les organisations terroristes soutenues par ladite « Coalition internationale » à le respecter, en notant  au passage que le caractère prétendument international de cette coalition ne correspond pas à la réalité des faits, étant donné qu’elle s’est constituée en dehors du cadre de la légalité internationale, sans résolution du Conseil de sécurité et sans consultations préalables de la partie concernée ; en l’occurrence, le Gouvernement de la République arabe syrienne.

    Ce qui nous rappelle d’autres « coalitions destructrices », évoquées par certains intervenants que nous remercions, lesquelles coalitions n’ont engendré que des catastrophes sur des États, comme l’Irak, la Libye et le Yémen.

    Mesdames et Messieurs,

    Il y a deux ans, quand l’Administration américaine a programmé son ingérence militaire aérienne unilatérale sur mon pays, les responsables américains sont venus nous trouver pour nous signifier l’engagement de Washington à ne pas cibler l’Armée arabe syrienne et les infrastructures vitales du pays, assurant qu’ils ne s’en prendraient qu’aux terroristes de Daech. Ce sont là des paroles qui m’ont été confiées par la déléguée permanente des USA auprès des Nations Unies, au nom de son gouvernement, et que j’ai transmises à mon gouvernement.

    Mais voilà que deux ans plus tard, les responsables américains oublient les engagements et les promesses faites au nom de leur pays, et que l’aviation américaine frappe les bases de l’Armée arabe syrienne ainsi que les infrastructures du pays, après avoir déployé ses soldats sur le territoire syrien.

    L’agression militaire américaine à l’est de notre pays, l’agression turque au nord et l’agression israélienne au sud signifient clairement que nous sommes passés de l’étape d’une guerre par procuration à celle d’une vraie guerre.

    Mon pays avait accueilli favorablement les déclarations russo-américaines du 9 septembre, lesquelles soutenaient explicitement que les deux parties avaient réussi à trouver un accord concernant la lutte contre Daech et le Front al-Nosra, quel que soit le nom qu’ils se donnent ; un accord conclu à la connaissance et avec le consentement du gouvernement syrien.

    Il n’empêche que la Communauté internationale, représentée par ce Conseil, est restée de marbre sans exprimer, ne serait-ce que par un bref communiqué, le moindre blâme ou inquiétude devant l’immense choc provoqué par l’agression barbare et injustifiée de l’aviation militaire des USA, de la Grande Bretagne, de l’Australie et du Danemark sur des positions de l’Armée arabe syrienne, laquelle se battait contre l’organisation terroriste Daech sur le mont de Tharda autour de l’aéroport de Deir ez-zor.

    Aucune condamnation et pas le moindre blâme face à cette agression caractérisée contre des unités de l’Armée arabe syrienne, pourtant connues pour défendre depuis deux ans des dizaines de milliers de civils assiégés par Daech à l’intérieur de cette ville, avec pour résultat la mort de dizaines de soldats et d’officiers syriens : 82 martyrs et plus d’une centaine de blessés.

    Une agression qui a duré cinquante minutes… cinquante minutes de frappes, précédées par le survol de drones ayant analysé la zone pendant deux jours.

    Une agression qui a ouvert la route aux terroristes de Daech pour occuper ces positions militaires volontairement ciblées, avant que l’Armée arabe syrienne ne réussisse à les reprendre.

    Pire encore, ces soldats et officiers de notre Armée ont dû subir un deuxième tour de frappes aériennes par drones de combats, alors qu’ils se retiraient de leurs positions sur le mont de Tharda.

    Avant cette agression délibérée, le gouvernement de mon pays accordait une grande importance à la séparation entre les diverses organisations armées conformément au contenu de la Déclaration de Vienne 2, du 14 novembre 2015, quant à la définition de qui était terroriste et qui ne l’était pas, qui était opposant et qui ne l’était pas. Désormais, il faut croire que dix mois n’ont pas suffi à l’identification des indices de cette embarrassante énigme, d’autant plus que certains semblent avoir été frappés d’un Alzheimer précoce.

    Dans ce même contexte, Damas attendait que Washington respecte ses engagements consistant à mettre un terme aux agissements des régimes de certains États impliqués dans le soutien du terrorisme politiquement, médiatiquement, logistiquement, financièrement et idéologiquement. Nous attendions aussi que cesse l’afflux des terroristes et des armes à travers les frontières de pays voisins et que cesse l’utilisation du terrorisme comme arme de chantage politique.

    Monsieur le Président,

    Les avions de reconnaissance et les satellites espions américains, ainsi que tous les Services du renseignement de ladite Coalition internationale, n’ont pas réussi à distinguer entre Daech et ceux qui combattent Daech. Ce qui n’est pas étonnant puisqu’ils auraient échoué, depuis de longues années, à repérer les milliers de terroristes étrangers exportés en Syrie et en Irak à partir de différents pays ; sujet évoqué par le Premier ministre espagnol que nous remercions.

    Ils ont échoué à repérer des éléments terroristes étrangers infiltrés en Syrie à travers notre frontière avec la Turquie et d’autres pays voisins, comme ils ont échoué à repérer les convois de véhicules armés et les milliers de terroristes de l’organisation Daech, partis de leurs bases irakiennes pour un long périple de deux cents kilomètres, en plein désert syrien, en direction de Palmyre.

    Comme ils ont échoué à repérer les milliers de camions acheminant le pétrole syrien volé, vers la Turquie, avant de le vendre à Israël pour financer les opérations terroristes de Daech.

    Comme ils ont échoué à mettre fin au financement et à l’armement des organisations terroristes, bien qu’ils connaissent la source du moindre dollar encaissé par Daech, le Front al-Nosra et autres organisations qui leur sont étroitement liées.

    En revanche, leur grand succès a consisté en la fabrication d’accusations mensongères, d’événements falsifiés, de rapports politisés et de films frelatés dans le but de diaboliser le gouvernement syrien et ses alliés.

    Le plus étonnant est d’entendre le ministre américain des Affaires étrangères se fonder sur le témoignage d’un « témoin oculaire » qui aurait remarqué la présence d’engins volants au dessus du convoi d’aide humanitaire détruit hier, [le 20 septembre], par des frappes aériennes. Cet unique témoignage d’un témoin issu de ladite opposition syrienne, génétiquement modifiée en opposition armée « modérée », a suffi à Monsieur Kerry pour étayer ses accusations impliquant la Syrie et la Russie !

    D’où la question : est-il possible qu’une seule personne ait pu remarquer la présence d’avions de combat dans le ciel d’une région peuplée par des centaines de milliers de personnes, devenues toutes aveugles à ce moment précis ?

    D’ailleurs, ce problème des « témoins oculaires » suscite désormais beaucoup d’ironie, notamment si l’on se souvient que le gouvernement syrien a été accusé d’avoir utilisé des armes chimiques sur la foi d’un témoin oculaire, toujours issu de ladite opposition modérée génétiquement modifiée, lequel a déclaré avoir aperçu un hélicoptère lancer quelque chose qui s’est transformé en fumée orange. Là aussi, un seul de ces témoins a suffi pour en arriver à incriminer le gouvernement syrien, comme si personne ne disposait d’hélicoptères dans la zone concernée, ni l’armée turque, ni l’armée américaine, ni même les terroristes ayant notoirement volé quelques hélicoptères des aéroports syriens.

    Pour rafraîchir la mémoire des États membres de ce Conseil je rappellerai quelques incidents qualifiés d’« erreurs » par les responsables américains, qualification qui insulte notre intelligence et suggère qu’apparemment les États-Unis ne tirent pas les leçons de leurs erreurs.

    Ainsi, les Forces américaines se sont trompées, plusieurs fois, depuis la formation de ladite « Coalition internationale » ; laquelle a bombardé, par erreur, une école primaire pour enfants sourds et muets à Raqqa ; a balancé, par erreur, des armes, des grenades à main et des missiles tombés entre les mains de Daech à Aïn al-Arab ; a tué, par erreur, des civils syriens près de la ville de Raqqa sous prétexte d’avoir voulu détruire une usine de fabrication d’armes dépendant de Daech.

    Et puis, les avions américains et français ont commis une grosse erreur lorsque leur raid s’est soldé par la mort de deux cents civils dans la ville de Manbej, près d’Alep ; Alep, sur laquelle vient de pleurer l’un d’entre eux, ses avions ayant frappé et tué, par erreur, les deux cents civils de Manbej.

    Monsieur le Président,

    Les dernières accusations calomnieuses portées contre le gouvernement de mon pays et de ses alliés, tous engagés dans la guerre contre le terrorisme, pour leur imputer la responsabilité de la destruction du convoi d’aide humanitaire près d’Alep, sont arrivées dans le sillage d’une guerre médiatique sans précédent et d’une sale politique, menées par des parties bien identifiées, lesquelles continuent à exploiter les souffrances du peuple syrien dans le seul but de nourrir une propagande médiocre et un chantage politique odieux censés concrétiser leurs propres calendriers. Faisant fi du prix exorbitant payé par le peuple syrien, elles sont déterminées à prolonger la crise et à torpiller tout espoir d’une solution qui serait incompatible avec leurs agendas politiques.

    Dès l’annonce de l’accord russo-américain et avant même sa mise en exécution, mon pays a prévenu et continue à mettre en garde contre les velléités de certaines forces régionales cherchant à torpiller cet accord.

    À cet effet, il a alerté le Conseil de sécurité pour qu’il prête son attention aux agressions israéliennes caractérisées sur le territoire syrien tout au long des semaines passées, avec une fréquence dangereusement accrue depuis que l’accord russo-américain a révélé que les deux parties s’était entendues pour mener la guerre contre le Front al-Nosra au même titre que d’autres organisations terroristes, dont le Liwa’ chouhada’ al-Yarmouk.

    Des agressions couvertes par le terrible silence du Département des Opérations de Maintien de la Paix [DOMP ou DPKO], en dépit d’une dizaine de lettres que nous avons adressées à son Secrétaire général et à vous-même, concernant le soutien d’Israël aux terroristes du Front al-Nosra sur la ligne de séparation au Golan et les soins prodigués aux blessés de cette organisation dans les hôpitaux israéliens.

     

     Par ailleurs, j’attire l’attention du Conseil de sécurité sur les opérations guerrières illégales menées par les forces aériennes et terrestres de la Turquie en territoire syrien, sous prétexte de frapper Daech et sans coordination avec le gouvernement syrien ou la direction des opérations russe ; ce qui constitue en soi un « crime d’agression » selon la Charte des Nations Unies, le Droit international et les principes du Conseil de sécurité.

    Monsieur le Président,

    Mon pays est disposé à poursuivre le dialogue entre Syriens, sans conditions préalables, conformément aux résolutions, accords et principes fixés dès le départ en faveur d’une solution politique décidée par les seuls Syriens et sans ingérence étrangère. Je souligne en rouge un million de fois « par les seuls Syriens et sans ingérence étrangère ».

    Une solution qui fera qu’ils décideront de leurs choix et de leur avenir sous direction syrienne, avec la volonté de préserver la souveraineté, l’unité et l’intégrité de la Syrie. Nous ne permettrons jamais que notre pays soit transformé en une autre Libye ou un autre Irak. Jamais !

    À ce sujet, nous affirmons que tout processus politique en Syrie nécessite l’entière coopération et l’entière coordination avec le gouvernement syrien, en sa qualité de partenaire fondamental à tout point de vue et dans tous les dossiers en rapport avec ce processus.

    Car, aucun comité, aucune réunion, aucun congrès prétendant aboutir à une solution de ladite crise syrienne ne peuvent réussir tant que certaines parties prenantes travaillent, volontairement ou involontairement, à soustraire le gouvernement syrien, à semer le doute sur sa réelle coopération avec les Nations Unies, à dénigrer le succès de ses efforts de réconciliations nationales fondées sur l’engagement volontaire des individus armés à abandonner leurs armes avant règlement de leur situation par une amnistie et, sinon, sur l’acheminement des récalcitrants vers d’autres zones pour assurer le retour à une vie normale dans les régions qu’ils quittent, et permettre aux institutions étatiques de réparer et de reconstruire dans le cadre de leurs missions respectives.

    Monsieur le Président,

    Je terminerai par une question. Est-il concevable que des centaines de groupes armés avec des dizaines de milliers de terroristes soient capables de mener, pendant plus de cinq ans, un tel terrorisme contre le gouvernement, le peuple, l’Armée et les infrastructures de mon pays, sans soutien de l’étranger ?

    N’est-il pas venu le temps que certains admettent cette vérité au lieu d’égarer le monde en soutenant que ce qui se passe en Syrie est une guerre civile ?

    Merci, Monsieur le Président

    Dr Bachar al-Jaafari

    Délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies

     

    Entendez ce dossier de l’Écho des Montagnes, surtout sa conclu--sion.

    Napoéléon III en Syrie en 1860.pdf

                    

      Frédéric BERGER

     

  • MICHEL ROUSSEAU, RAYMOND POULIDOR, LUC LEBLANC, THERESE, BOUQUETIN, TOUR DE FRANCE, CYCLISME, DOPAGE, SAVOIE, MATAFAN, GNOUF, CROZET, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

     

     

     

            LE CHAMPION CYCLISTE ET

                               ANTI-DOPAGE

                                MICHEL ROUSSEAU

     

     

    L’Écho des Montagnes est en deuil.

     

    Votre journal et toute sa rédaction viennent de perdre un Ami, un collaborateur sincère et passionné.

     

     

     


     LE CHAMPION CYCLISTE

     

     

    Le Parisien, qui a longtemps vécu en Dordogne, avait remporté l'or en vitesse à Melbourne en 1956

    Michel Rousseau, le champion olympique de vitesse en 1956 à Melbourne (Australie), s'est éteint hier matin à Saint-Yrieix-la-Perche, en Haute-Vienne. Il avait 80 ans. Mais le triple champion du monde de vitesse (1956, 1957 et 1958) a très longtemps vécu en Aquitaine, en Dordogne, à Annesse-et-Beaulieu, après sa carrière sportive. Jusqu'en 2012 en fait, et son départ pour le département voisin.

     

     

    Né à Paris en 1936, le champion a longtemps régné sur la piste française. Outre ses titres internationaux, il a collectionné les médailles nationales. Champion de France amateur en 1957, il a ensuite ravi les titres nationaux chez les professionnels en 1959, 1960, 1961, 1962 et 1967.

     

    Une fois sa carrière terminée, Michel Rousseau s'est ensuite fondu dans le paysage périgourdin, se rapprochant naturellement des cyclistes du département. Notamment de Raymond Boisseau, lui aussi disparu.

     

     Celui-ci était à l'origine de la course "la Valentin Huot", qui regroupe chaque année en Dordogne des anciennes gloires du cyclisme. En 2014, Michel Rousseau avait ainsi couru sur les routes du Périgord aux côtés de Raymond Poulidor ou encore de Luc Leblanc.

     

     LE CHAMPION ANTI-DOPAGE

     

    Michel venait me voir régulièrement en Savoie, chevauchant sa moto par tout temps.

    Il me parlait sans cesse du dopage dans le monde cycliste.

    Il m'a raconté une anecdote: "Un jour passant une visite médicale à Fontainebleau, les docteurs demandent au champion, mais vous n'avez pas de piqûre sur vos avant bras; c'est incroyable, vous ne vous dopez pas, vous êtes un extra-terrestre".

    Michel a lutté contre le dopage dans le cyclisme toute sa vie, depuis le "fort ca"= pour les débutants "le fort carré d'Antibes" jusqu'à sa mort. 

     

    Il me parlait avec passion devant un matafan cuit au feu de bois sur le poêle à bois , ou devant un plat de crozet avec des godivaux, il se régalait aussi de la tarte aux myrtilles maison faite par Thérèse, du célèbre restaurant le "BOUQUETIN" à Champagny en Vanoise.

     




    Là-haut écoutes mon Ami:



    https://youtu.be/tEImCJWI_ak   

     

    Frédéric BERGER

  • WAFFEN SS, GAULE, GENERAL FRANCO, HONGRIE, CATALOGNE, GAULOIS, FRONT NATIONAL, GENERAL FRANCO, FREDERIC BERGER


         ELECTIONIX  MENSONGIX  FRANCISQUE


    L’Écho des Montagnes a rencontré une tribu barbare, franc-maçonnix , juifix et  colonisatrice, qui s'appelle la FRANCISQUE.


    Oui beaucoup de ses élix veulent le fromage de l'Elysix.

    Notamment SARKOSIX, JUPPIX, HOLLANDIX, MACRONIX , FILLONIX, VALLSIX, MARINIX....


    Voyons de plus près: le Sarkosix est hongrois dont un tonton a été colonel dans la Waffen SS.


    Le VALLSIX a des papas et grands papas amis du démocrate dit Général FRANCO.


    La MARINIX est d'origine bretonne, la Bretagne n'est pas la FRANCE, suite au traité colonisateur de Versailles. Elle n'est pas francix, par mensongix.


    JUPPIX est jérusalix tout comme VALLSIX qui est l'amant d'Israël, suite à sa déclara-sion d'amour

    pour le pays des sionistes!


    REPORTAGE PHOTOGRAFIX.


    Le druide LUMINIX nous a donné ces fotix, tiré de son Chaudron de Courcel.

     

     

         L 'espoir: 

     

       

          

      et  et  hé  ho  cliquez sur, ski vous plaît:

     


      
    https://youtu.be/zCGQxUnaT4o

     

    Frédéric Berger

  • ALLEMAGNE, MERKEL, MUR DE BERLIN, CONSTITUTION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

    Allemagne : la révolte des citoyens du Reich !

     

    L’'Allemagne de Merkel est sur le point d'’imploser ou d'’exploser.

     Merkel et son gouvernement perdent le contrôle. Depuis la chute du Mur de Berlin l'’Allemagne n’a plus de constitution valide, la Grundgesetz, car un référendum populaire aurait dû avoir lieu pour décider d’une nouvelle constitution.

     Comme la nouvelle constitution n’a pas été votée par le peuple, c'’est la constitution du Reich qui reprend du service. Ce n'’est pas de la science-fiction mais la réalité des faits. Les citoyens allemands sont informés de cet état de fait et s’'organisent comme des citoyens du Reich avec le drapeau du Reich ! 

     

    Car l'’Allemagne n’'existe plus légalement, ni ses tribunaux, ni sa police etc…. Les lois du Reich sont de nouveau réactivées dans le corps de la Grundgesetz qui sert toujours officiellement de loi fondamentale. L'’Allemagne est de facto un pays occupé par les Alliés juridiquement et un pays qui n'’a toujours pas signé de traité de paix avec les Alliés. Les citoyens du Reich mènent des actions de révoltes contre cette occupation et contre ce gouvernement allemand qui n’'est pas légal et réclament l’'activation du Reich et de la souveraineté du pays des Allemands. Ce 25 août 2016, 100 policiers sont intervenus au domicile d'’un Reichsbürger (Citoyen du Reich) et l’'ont gravement blessé par balles .

    Bientôt la guerre en Allemagne avec des tentatives de sécession dans le pays !Tout va dans le sens d’une guerre sur le sol allemand. 

     

    L’'invasion migratoire voulue par Merkel et son gouvernement avec le soutien des élites mondiales, les attaques de musulmans contre des civils, l’'appel du gouvernement allemand à la population de faire des réserves pour avoir de quoi manger et boire pour l'’arrivée d’'une guerre, la montée de l'’AfD et des mouvements nationalistes, la montée de la répression contre le peuple (Jugendamt, vol des enfants), montée du chômage, manque de logements pour les Allemands au profit des migrants, montée de la pauvreté et des contrôles renforcés des pauvres (Hartz IV), la révolte des Reichsbürger, le soutien de Berlin à Kiev contre la Russie, la volonté de Berlin de menacer la Russie, constituent un mélange explosif. Et la première étincelle vient d’'avoir lieu ce 25 août 2016 en ex-RDA (Reuden-Burgenlandkreis dans la région de Leipzig) quand la police (100 hommes armés) a attaqué le Reichsbürger Adrian Ursache chez lui en lui tirant plusieurs balles dans le corps. Mis dans le coma artificiel Adrian Ursache est finalement apparu en train de faire le V de la victoire ce dimanche 28 août 2016.

    Les Reichsbürger. Les Reichsbürger sont devenus un gros souci pour l’'administration allemande car en réalité cette administration n’'est pas valable. Les Reichsbürger ne reconnaissant pas cet État allemand, avec ses lois, sa police, sa justice… ses huissiers, c'’est la confrontation ! 

     

    Les Reichsbürger refusent la pièce d'’identité allemande telle qu’elle est comme ils refusent le permis de conduire de cette administration d’'un pays occupé par les Etats-Unis. Refusant les décisions de justice des tribunaux d’un pays occupé par les Etats-Unis les Reichsbürger se heurtent aux décisions de justice de cet Etat de peuples allemands non souverain et doivent faire face à la police d'’occupation de cet Etat de peuples allemands non souverain.

     Comme les Savoisiennes et Savoisiens en Savoie occupée par la France.

     

    Raison. Le Reichsbürger Adrian Ursache, 41 ans, ancien mister Germany, a décidé un jour ne pas payer le reste d’un prêt à hauteur de 4000 euros pour sa maison de cet Etat et d'une banque factices qui sont occupés par les Etats-Unis. Puis Adrian Ursache a décidé de déclarer son terrain avec sa maison comme étant son Etat (Staat) avec le nom « UR ». Comme l’Allemagne n'’a pas de Constitution légale depuis la chute du mur, Adrian Ursache a fait le pas et tout simplement construit son Etat dans le Reich allemand ! Adrian Ursache a refusé les décisions de justice et les visites d'’huissier car l’Etat fédéral allemand n’existe plus ! Les tribunaux, la police et les huissiers, ne sont pas des agents de l'’Etat allemand mais des sociétés privés qui ne sont donc pas autorisés à réclamer de l'argent à un citoyen du Reich. Voilà ce qui explique, vite résumé pour faire simple, pourquoi le Reichsbürger Adrian Ursache a bloqué et s’'est fait tirer dessus.

     Donc l'hymne national allemand est:

      cliquez sur le lien suivant:

        https://youtu.be/ApAyiRb5tzkhttps://youtu.be/ApAyiRb5tzk

    La Savoie est dans la même situa-sion, occupée par les forces colonisatrices  françaises.

     

    Voila un exemple de résistance à l'occupant.

     

    Frédéric BERGER, président de Savoie Indépendante