Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ECHO DES MONTAGNES

  • NUREMBERG, VARSOVIE, POLOGNE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

    Reiner Fuellmich invité à Varsovie : un « Nuremberg 2.0 » à l'initiative d'intellectuels polonais

    Le 15 novembre dernier, Me Reiner Fuellmich, fondateur de la Corona Ausschuss (comité Corona) et ancien candidat à la chancellerie pour le nouveau parti politique allemand DieBasis, a été l'invité d'une commission d'enquête parlementaire polonaise sur le Covid-19. À Varsovie, il a ainsi participé à l'inauguration du projet "Nuremberg 2.0", à l'initiative de cette même commission, qui se trouve être un think-tank d'intellectuels polonais. On y retrouve par exemple Grzegorz Braun, le professeur Mirosław Piotrowski, Paweł Skutecki et Me Jacek Wilk, secondés par les avocats Arkadiusz Tetela, Krzysztof Łopatowski et Jarosław Litwin.
    juyh
    © YouTube "Regnum TV" - DR
    Reiner Fuellmich a été invité à Varsovie pour l'inauguration du projet Nuremberg 2.0.
    Avec l'aide de Reiner Fuellmich et du comité Corona avec lequel il travaille depuis maintenant des mois, ils prévoiraient des actions en justice contre ce qu'ils appellent "le nouveau totalitarisme".

    La commission d'enquête et le projet "Nuremberg 2.0"

    La conférence a duré trois heures et a été transmise en direct sur YouTube. Un doublage en anglais est disponible.

    En description de la vidéo, le projet est ainsi présenté :
    « Une initiative citoyenne née tant de l'urgence du moment que d'un cri du cœur. L'objectif est de pousser les Polonais conscients et responsables à rassembler la documentation qui décrit les délits, violations du droit, abus et omissions des autorités et à témoigner au sujet des tragédies individuelles dont le public général n'est peut-être pas au courant aujourd'hui...

    [...] Nous allons nous-mêmes rassembler et classer la documentation ; nous préparons des actions en justice où les accusations sont spécifiées, et nous agirons en justice contre les fauteurs directs ou indirects des délits en question. Nous dresserons également des archives de documentation professionnelle, sur lequel fondement nous publierons des annales juridiques intitulées "Les annales Nuremberg 2.0" ».
    Ce projet a été lancé suite aux « décisions du gouvernement polonais, et plus spécifiquement celles du ministère de la Santé et des agences qui lui sont subordonnées, qui ont causé de graves préjudices et injustices, dont la plupart des victimes sont des Polonais - des citoyens de la République de Pologne. » Concernant son titre, qui ne manquera pas d'interloquer certains lecteurs, les auteurs précisent qu'il « fait référence aux procès que rapportent les livres d'histoire, où le système NSDAP du Troisième Reich a été poursuivi pour les délits perpétrés par ceux qui portaient les politiques et ordonnances mises en œuvre par ledit système. Le nom du projet est purement symbolique ».

    Déclaration de Varsovie contre le nouveau totalitarisme

    Le lendemain de la conférence, les porteurs du projet prennent la plume pour rédiger un premier manifeste, synthèse qui marque les débuts de l'enquête avec force. Une chose est sûre : ils veulent marquer l'Histoire. Nous avons traduit ce manifeste, et vous proposons de le lire intégralement ci-dessous :
    Étant réunis en ce mois de novembre 2021 dans la capitale polonaise, Varsovie, nous adressons aujourd'hui au monde entier ce message très important et très urgent. Il est évident pour nous que l'humanité se retrouve à ce jour en face du plus grand défi de toute son histoire. Des grandes multinationales, ayant leurs activités surtout dans les domaines numérique, bancaire et pharmaceutique, ont entrepris une grande réfection de notre monde, et ce faisant, détruisent d'une manière sans précèdent la santé, les richesses et la vie de milliards de personnes. Dans le but d'élargir leurs domaines d'influences et leurs acquis, les groupes mondialistes centrés sur l'idéologie du sanitarisme, ont commencé - avec préméditation - des agissements criminels ayant pour but de provoquer le chaos mondial, avec comme résultat des importants mouvements sociaux, des problèmes économiques et des guerres sanglantes. Il est établi à ce jour que le remède prévu contre une telle situation devrait être le contrôle politique et financier strict imposé aux populations, sous le prétexte d'un faux souci de préservation de la santé, d'équilibre économique et de sécurité. Les gouvernements de plusieurs pays, étant sous l'influence des globalistes, luttent contre leur propre population, à une échelle jamais connue auparavant. Ces gouvernements sont devenus ainsi les superviseurs locaux des groupes d'oppression, groupes criminels et internationaux. Les gouvernements ont, dans la majeure partie, monopolisé la sphère médiatique et ont obtenu ainsi la soumission, le contrôle et la coercition, effondrant par là même les lois fondamentales et les libertés individuelles en se servant du mensonge, de la terreur et de la peur. Les effets néfastes de ces agissements se sont fait connaître à travers l'augmentation du nombre des décès, à travers l'activité économique détruite, au travers de difficultés d'accès aux soins. La violation systématique du secret médical et de l'intimité suscite beaucoup d'inquiétude. En même temps, se profilent à notre horizon, des dangers encore plus importants. À ce jour, nous ne connaissons pas d'effets à long terme des expérimentations médicales imposées par les gros groupes pharmaceutiques. Nous ne savons pas non plus quelle sera l'ampleur des dégâts causés par cette limitation artificielle d'activité économique et des relations interhumaines.

    C'est depuis la capitale polonaise, ayant fait l'expérience des deux périodes totalitaires du XXe siècle, que nous appelons toutes les personnes de bonne volonté à se réunir ensemble au-delà de toutes les divisions, et ceci devant l'asservissement qui s'approche rapidement de nous tous.

    La vie humaine ne peut être régie par aucune idéologie qui menacerait la dignité de la personne humaine, la vérité et les lois naturelles.

    La dignité est un signe intrinsèque, inné et naturel de l'Homme, indépendant du contexte social et historique. Pour cette raison la personne humaine ne doit pas être traitée comme un objet manipulable ni comme un moyen pour un but quelconque - comme ceux prévus par les idéologies totalitaires. La dignité de la personne humaine reste une source de droits fondamentaux de base, inviolables, comme le droit à l'autodéfense, loi de la liberté et de la propriété, le droit à la vérité et au travail... La vie humaine ne peut en aucun cas devenir l'objet de restrictions, de manipulation ni d'exploitation. Nous soulignons avec insistance que le mensonge propagé actuellement via les médias et même via des milieux scientifiques, appelle le retour à la vérité entendue comme la cohérence entre la réalité perçue et la réalité vécue. Cela sera un processus long et difficile, néanmoins personne n'est dispensé du devoir de recherche de la vérité objective. La désinformation et la pseudoscience (également à l'échelle globale) doivent aujourd'hui éveiller non seulement une grande inquiétude, mais également une condamnation. Le relativisme conduit inéluctablement à l'asservissement et au totalitarisme. À notre avis, toutes les lois doivent absolument respecter la loi naturelle, qui offre à toute autre réglementation une dimension morale qui lui permet de servir le réel bien de l'Homme. En revanche, le positivisme juridique qui est contraire aux exigences de la loi naturelle, n'a pas de valeur d'engagement moral. L'injuste loi statutaire devrait être mise en question par la voie de la désobéissance civile, et même être considérée comme caduque. Le droit à la désobéissance aux lois est une caractéristique de droit subjectif devant l'autorité.

    Il est de notre devoir de résister à l'autorité qui abuse de ses prérogatives, de même qu'il est nécessaire de lutter contre la dictature sous toutes ses formes. Nous ne protestons pas uniquement contre les différentes formes de harcèlement, mais avant tout contre la puissance tyrannique qui n'a pas de nom, mais qui gouverne aujourd'hui le monde de la finance, des médias, de la surveillance policière et de la politique. La dignité humaine, la vérité et la loi naturelle ne pourront pas, à titre définitif, perdre contre le nouveau totalitarisme. Restons fermement aux côtés des valeurs humaines les plus précieuses. Soyons unis, gardons courage et soyons actifs. Nous gagnerons !

  • CANIBALISME, SATAN, LUCIFER, BOUCHERIE, ANGLETERRE, NOUVEL ORDRE MONDIAL, VIANDE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

     Une boucherie effrayante a récemment ouvert ses portes sur le célèbre marché de la viande de Smithfield, à Londres, où les clients peuvent acheter n'importe quelle partie d'une carcasse humaine : bras, oreilles et même le torse. Ce sont les créateurs du jeu Resident Evil Capcom qui ont imaginé un stratagème publicitaire aussi créatif.

    L'ensemble ressemble à une scène de film d'horreur : des membres humains divulgués et exposés au public. De la viande pendue à des crochets, des organes individuels disposés sur des tables en acier inoxydable, comme dans une morgue.

    Les mains humaines peuvent acheter £ et les pieds sont un peu plus chers à 6 £, cela n'a pas reçu les fans de Resident Evil et les amateurs de zombies de faire des folies sur ces objets inhabituels. On ne sait pas que les clients en auront ensuite.

    L'une des caractéristiques des membres humains vendues est qu'ils sont tous créés à partir de la chaise animale, mais seulement dans leur apparence totalement conforme à l'humain. La boutique n'a été ouverte que quelques jours pour promouvoir le nouveau jeu, mais malgré cette courte période, elle a fait sensation.

    Il est bien évident que cette entreprise cache une démarche visant à conduire l'homme vers le cannibalisme et le satanisme par la banalisation. C'est un retour au monde d'avant le Christ. L'apostasie que connaît notre monde appelle donc les mêmes causes. Une société sans Dieu, une société qui ne va pas à l'église, est dirigée de facto par Satan. Rien n'est le fait du hasard.

    https://i1.wp.com/www.sdelanounih.ru/wp-content/uploads/2012/10/different2-49.jpg
    https://i1.wp.com/www.sdelanounih.ru/wp-content/uploads/2012/10/humanmeatshop6550379.png
    https://i1.wp.com/www.sdelanounih.ru/wp-content/uploads/2012/10/RandyHanndrawin371-0.jpg

    LES LIVRES DE LAURENT GLAUZY
    https://profidecatholica.com/librairie/

  • EXTRA-TERRESTRE, INTRA-TERRESTRE, LES GRIS, REPTILE, NOUVEL ORDRE MONDIAL, ECHO DES MONTAGNES, FR2D2RIC BERGER

                         LA GUERRE EST DECLAREE

    L'Echo des Montagnes, dans le légitime but de vous informer,

    vous révèle des documents top secret.

    LE FACEBOOK ET LES MÉDIAS SOCIAUX ONT-ILS ETE COUPE EN RAISON DE L'IMPLICATION DE TALL GREY?, qui a suscité beaucoup d'intérêt et de controverse sur Internet.


    Ces Gris seraient le même groupe de dirigeants qui a conclu des accords avec l'administration Eisenhower dans les années 1950, et qui ont ensuite été des acteurs clés du Nouvel Ordre Mondial, qui a été secrètement créé par leurs partenaires de l'État Profond. Cinq jours seulement après le signalement du détournement d'avion, il y a eu des pannes d'électricité le 4 octobre sur Facebook, Instagram et Whatsapp. Coïncidence? Ce n'est pas le cas, selon les dernières mises à jour de deux représentants de la Fédération Galactique, Val Nek et Tor Khan, transmises par des sources indépendantes. Dans mon article du 3 octobre, j'ai expliqué comment les Grands Gris étaient détenus dans des chambres de stase afin de les déconnecter la reine de la ruche, qui a réellement soutenu leur vie. La Fédération Galactique a tenté de déchiffrer leur code de communication, car la capture des Tall Greys vivants à des fins de recherche semble être

    La capture des Tall Greys par la Fédération Galactique semble avoir eu de graves conséquences pour l'Internet mondial.

    C'était particulièrement le cas pour les grands réseaux sociaux qui ont été infiltrés et compromis par les Tall Greys, qui ont créé un système de contrôle mental sur Internet qui utilise certaines fréquences pour manipuler l'humanité, un serveur piratable exploité par l'Alliance [Terre]. La guerre de l'information dure depuis très longtemps. Il existe des menaces pour la sécurité des citoyens tant que ces serveurs restent fonctionnels et sous le contrôle de la Dark Fleet et de ses alliés.

    Lors des réunions sur Jupiter, les États-Unis ont conclu des accords pour utiliser la technologie développée par l'Alliance pour ce projet. Ce projet est très vaste car il utilise les systèmes Internet responsables de la majeure partie de l'Internet de Terra. De nombreux FAI sont gérés par des entreprises privées sans fonctionnalités de sécurité appropriées. Cela va changer. Nous sommes en train de démanteler ces systèmes et de remplacer les anciens par des nouveaux. Je vous salue. » L'essence de ce que Val Nack dit ici est que les Tall Greys sont des experts dans le piratage des systèmes électroniques et la mise en œuvre de toutes sortes de technologies furtives qui soutiennent leurs plans à long terme.

    La CIA était la principale agence américaine qui a travaillé avec les Tall Greys et Draco Orions au nom du groupe Majestic 12 pour créer un système de surveillance et de communication planétaire qui a été profondément compromis.

    La Fédération Galactique a commencé à s'associer à la « Earth Alliance » - les White Hats et les Space Commands des 14 puissances spatiales qui étaient présentes à la réunion de Jupiter en juillet 2021 pour créer un système de défense planétaire robuste qui empêcherait les Gris, les Reptiles et autres groupes négatifs d'entrer sur Terre en utilisant des trous de ver, des portails et des technologies de voyage interdimensionnel. Apparemment, ce système de sécurité avancé fourni par la Fédération Galactique à l'Alliance Terrestre a également été intégré à l'Internet mondial.Michael E. Salla, Ph.D.

    Une version vidéo de cet article est disponible sur YouTube

    Source : Manon.
     
     
     
    00:20
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    02:10
    Tir en direct de vrais extraterrestres
     

     

     

  • MUSIQUE, CHOEUR DE L'ARMEE ROUGE, RUSSIE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

     ENSEMBLE NOMMÉ D'ALEXANDROV. L'"ARME" LA PLUS NON SECRÈTE DE NOTRE ARMÉE


    Le 12 octobre 1928 est considéré comme l'anniversaire du groupe musical, qui deviendra plus tard l'Ensemble académique de chant et de danse de l'armée russe. A.V. Alexandrova. L'ensemble fit ses premiers pas dans la Maison centrale de l'Armée rouge du nom d'A. M.V. Frounze.

    LA MUSIQUE DANS L'ARMÉE

    Il faut ici faire une courte excursion historique et raconter quelle place occupait la musique dans l'armée.

    Beaucoup ne le croiront pas, mais en 1547, la musique militaire s'est officiellement formée sur les terres de l'État russe et depuis lors, elle est restée un délice pour l'âme de chaque militaire russe. C'est sous Ivan IV que l'Ordre du Grand Palais est d'abord créé pour gérer la musique militaire.

    En général, la musique militaire existe en Russie depuis l'Antiquité. Nous ne donnerons pas beaucoup d'exemples, mais nous proposons de rappeler le film "Alexander Nevsky", où sous des grincements, des tambourins et d'autres instruments de musique, les soldats russes combattaient avec les chevaliers teutoniques. C'est ici que le grand réalisateur Sergueï Eisenstein a tenté de nous montrer les principaux instruments de musique de l'armée russe et l'influence de la musique sur les soldats.

    Pierre le Grand a ouvert une nouvelle page de la musique militaire. Il attachait une grande importance à la musique, estimant que dans l'armée régulière, la musique sert à renforcer la discipline, à remonter le moral et l'esprit combatif. Des orchestres musicaux spécifiques sont apparus avec la création des premiers régiments russes - Semenovsky et Preobrazhensky. En l'honneur de la victoire dans la guerre du Nord, ce sont ces orchestres qui jouaient aux défilés. L'hymne du régiment Preobrazhensky est finalement devenu l'hymne officieux de l'Empire russe.

    Sous Elizaveta Petrovna, les régiments distingués, en plus des récompenses habituelles, ont reçu des trompettes en argent de Saint-Georges comme symbole de la vaillance et de la gloire militaires.

    Sous Catherine II, le personnel des orchestres régimentaires augmenta et l'importance des orchestres augmenta surtout pendant les guerres russo-turques. Et comment ne pas citer les propos du remarquable commandant AV Suvorov : « La musique double, triple l'armée.

    Le patriotisme et la croissance de la conscience nationale se reflétaient vivement dans la musique militaire associée à la guerre patriotique de 1812. Un grand nombre d'œuvres héroïques-patriotiques sont apparues, parmi lesquelles des marches d'O. Kozlovsky, N. Titov, K. Kavos et d'autres. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les talents de A. Dargomyzhsky, M. Glinka, A. Alyabyev et d'autres compositeurs se sont épanouis. A cette époque, le slogan "La fanfare militaire est une carte de visite du régiment" est né.

    En 1882, le premier orchestre militaire de Russie a été créé, qui a non seulement travaillé sur des rituels militaires, mais a également participé à des événements protocolaires d'État.

    La révolution de 1917 a ouvert une large voie à des fanfares militaires naissant spontanément, qui pour la plupart ne remplissaient pas les tâches qui leur étaient confiées. Le nouveau gouvernement crée en 1919 le Bureau des musiques militaires de l'Armée rouge et de la Marine.

    Au cours de cette période, l'équipe musicale du Kremlin a été créée dans la garnison du Kremlin de Moscou, qui est devenue plus tard un groupe professionnel, et est aujourd'hui connue sous le nom d'Orchestre présidentiel de Russie.

    La croissance de la taille de l'Armée rouge dans les années 1930 a également déterminé le besoin de musiciens militaires. Le nombre d'établissements d'enseignement militaire a augmenté et la faculté militaire du Conservatoire d'État de Moscou a également participé à la formation du personnel d'orchestre.

    Mais aujourd'hui, nous allons nous concentrer sur un groupe musical insolite qui a été créé à la Maison centrale de l'Armée rouge.

    ENSEMBLE DE CHANT ET DE DANSE DE L'ARMÉE

    En 1928, à l'initiative de l'ouvrier culturel F.N. Danilovich, un collectif est organisé à la Maison centrale de l'Armée rouge pour promouvoir l'histoire héroïque de l'Armée rouge. Le directeur était P.I. Ilyin, et A.V. Alexandrov, compositeur et professeur du Conservatoire de Moscou, a été invité en tant que directeur musical.

    Alexander Vasilyevich Alexandrov a lui-même grandi dans la région de Riazan, il est né en 1883 dans une famille paysanne. Depuis son enfance, il a bien chanté - d'abord dans la chorale de l'école, puis dans la chorale de la cathédrale de Saint-Pétersbourg de Kazan, où il a obtenu grâce à ses capacités exceptionnelles. En 1900, il termine un cours de chant à l'école de chant de la paroisse de Kazan et à la chapelle de chant de la Cour. Il est entré au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, mais bientôt, en raison de problèmes matériels, il a été contraint de le quitter. Et seulement plus tard, il est diplômé du Conservatoire de Moscou. Il a été chef de chœur du chœur de l'évêque de Tver, puis de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

    Les temps nouveaux qui ont suivi la révolution ont été perçus par lui comme une opportunité de concrétiser son idée de synthétiser la musique folk et sacrée. En cela, il a été aidé par sa connaissance et son amitié avec Kliment Vorochilov, qui n'était pas non plus indifférent à la nouvelle musique. Kliment Efremovich a proposé de mettre en œuvre ses plans en créant un nouvel ensemble. Certes, il y avait une condition intéressante: Aleksandrov devient officier et l'ensemble fait partie de l'Armée rouge. Aleksandrov a accepté et a pris des arrangements folkloriques de chansons nées pendant la guerre civile comme base de son répertoire. Les premières expériences ont connu un tel succès qu'immédiatement après la première représentation, l'équipe a été enrôlée dans le personnel du CDKA.

    La première composition de l'ensemble ne comprenait que douze personnes, dont huit chanteurs, deux danseurs, un accordéoniste et un lecteur. Le premier travail du collectif a été l'édition "Histoire de la 22e division de Krasnodar en chants et danses". Le matériel pour le montage était des chansons de combat, qui ont été chantées et composées par les soldats de cette division sous le commandement de Mikhail Frunze. Ce montage a été suivi de ce qui suit - "Le poème de Tsaritsyne", "Le premier cheval", "Extrême-Orient" et d'autres. Aleksandrov a créé un grand groupe, qui comprenait une magnifique chorale, un orchestre et un groupe de danse. Cet exemple a donné le coup d'envoi à la création de tels collectifs tant dans notre pays qu'à l'étranger.

    Le 19 février 1933, l'Ensemble s'est produit au Théâtre Bolchoï et après la représentation, Aleksandrov a rencontré I. Staline. Cette rencontre détermina le sort de l'ensemble pour les années suivantes. En 1935, le groupe comptait déjà 135 artistes - chanteurs, musiciens et danseurs. En 1937, l'équipe obtient une reconnaissance internationale bien méritée. Ils se rendent à Paris pour l'Exposition universelle et, après avoir remporté le Grand Prix, l'ensemble de chant et de danse devient l'une des cartes de visite les plus reconnaissables de notre pays.

    La Grande Guerre patriotique a pris une place particulière dans la créativité du collectif. Les artistes ont joué dans l'armée active plus de 1 500 fois. Dans les tout premiers jours de la guerre, lorsque les trains quittaient la gare de Belorussky, la chanson "Sacred War" a retenti. Le 24 juin, immédiatement après l'attaque d'Hitler, le texte de V. Lebedev-Kumach a été publié par les journaux centraux, Aleksandrov a immédiatement écrit la musique et le 26 juin, l'ensemble a interprété la chanson pour la première fois. Et maintenant, selon la tradition, les musiciens interprètent une chanson au même endroit à la gare chaque année le jour de la mémoire et du chagrin.

    Alexander Alexandrov a dirigé l'ensemble jusqu'en 1946, et en juillet 1949, l'ensemble a été nommé d'après son fondateur - Alexander Vasilyevich Alexandrov. À l'avenir, son fils Boris Alexandrov a repris la direction de l'ensemble.

    Le 25 décembre 2016 est un jour noir dans l'histoire de l'ensemble. Ce jour-là, un avion militaire Tu-154 s'est écrasé près de Sotchi. À bord de l'avion se trouvaient 64 artistes de l'ensemble, des journalistes, des employés du département militaire et la directrice de la Fair Help Foundation Elizaveta Glinka. La catastrophe a coûté la vie à la plupart des interprètes de la composition principale de l'ensemble. Mais le collectif s'est relancé, des jeunes sont venus, qui maîtrisent rapidement le répertoire et représentent honorablement le célèbre ensemble lors de tournées à l'étranger.

    La gloire de l'équipe créative s'est répandue dans le monde entier, il a été en tournée dans plus de soixante-dix pays du monde et partout - avec triomphe. Le répertoire de l'ensemble comprend plus de 2000 pièces. L'ensemble s'est produit au Vatican, au siège de l'OTAN, à New York sur le site de la tragédie du 11 septembre, avec les chanteurs les plus célèbres et les personnalités les plus en vue - de Mireille Mathieu à George W. Bush et l'épouse du président chinois Peng Liuan.

    Le 12 octobre 2021, l'Ensemble de chant et de danse a célébré les 93 ans de sa fondation, et pendant ce temps, il a légitimement conquis le cœur de millions de ses compatriotes et a reçu une reconnaissance mondiale. Nous souhaitons à cette équipe une longévité créative et de nouvelles rencontres avec des spectateurs reconnaissants.

    https: //histrf.ru/read/arti ...
     
     
    ENSEMBLE NOMMÉ D'ALEXANDROV. L'"ARME" LA PLUS NON SECRÈTE DE NOTRE ARMÉE

    Le 12 octobre 1928 est considéré comme l'anniversaire du groupe musical, qui deviendra plus tard l'Ensemble académique de chant et de danse de l'armée russe. A.V. Alexandrova. L'ensemble fit ses premiers pas dans la Maison centrale de l'Armée rouge du nom d'A. M.V. Frounze.

    LA MUSIQUE DANS L'ARMÉE

    Il faut ici faire une courte excursion historique et raconter quelle place occupait la musique dans l'armée.

    Beaucoup ne le croiront pas, mais en 1547, la musique militaire s'est officiellement formée sur les terres de l'État russe et depuis lors, elle est restée un délice pour l'âme de chaque militaire russe. C'est sous Ivan IV que l'Ordre du Grand Palais est d'abord créé pour gérer la musique militaire.

    En général, la musique militaire existe en Russie depuis l'Antiquité. Nous ne donnerons pas beaucoup d'exemples, mais nous proposons de rappeler le film "Alexander Nevsky", où sous des grincements, des tambourins et d'autres instruments de musique, les soldats russes combattaient avec les chevaliers teutoniques. C'est ici que le grand réalisateur Sergueï Eisenstein a tenté de nous montrer les principaux instruments de musique de l'armée russe et l'influence de la musique sur les soldats.

    Pierre le Grand a ouvert une nouvelle page de la musique militaire. Il attachait une grande importance à la musique, estimant que dans l'armée régulière, la musique sert à renforcer la discipline, à remonter le moral et l'esprit combatif. Des orchestres musicaux spécifiques sont apparus avec la création des premiers régiments russes - Semenovsky et Preobrazhensky. En l'honneur de la victoire dans la guerre du Nord, ce sont ces orchestres qui jouaient aux défilés. L'hymne du régiment Preobrazhensky est finalement devenu l'hymne officieux de l'Empire russe.

    Sous Elizaveta Petrovna, les régiments distingués, en plus des récompenses habituelles, ont reçu des trompettes en argent de Saint-Georges comme symbole de la vaillance et de la gloire militaires.

    Sous Catherine II, le personnel des orchestres régimentaires augmenta et l'importance des orchestres augmenta surtout pendant les guerres russo-turques. Et comment ne pas citer les propos du remarquable commandant AV Suvorov : « La musique double, triple l'armée.

    Le patriotisme et la croissance de la conscience nationale se reflétaient vivement dans la musique militaire associée à la guerre patriotique de 1812. Un grand nombre d'œuvres héroïques-patriotiques sont apparues, parmi lesquelles des marches d'O. Kozlovsky, N. Titov, K. Kavos et d'autres. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les talents de A. Dargomyzhsky, M. Glinka, A. Alyabyev et d'autres compositeurs se sont épanouis. A cette époque, le slogan "La fanfare militaire est une carte de visite du régiment" est né.

    En 1882, le premier orchestre militaire de Russie a été créé, qui a non seulement travaillé sur des rituels militaires, mais a également participé à des événements protocolaires d'État.

    La révolution de 1917 a ouvert une large voie à des fanfares militaires naissant spontanément, qui pour la plupart ne remplissaient pas les tâches qui leur étaient confiées. Le nouveau gouvernement crée en 1919 le Bureau des musiques militaires de l'Armée rouge et de la Marine.

    Au cours de cette période, l'équipe musicale du Kremlin a été créée dans la garnison du Kremlin de Moscou, qui est devenue plus tard un groupe professionnel, et est aujourd'hui connue sous le nom d'Orchestre présidentiel de Russie.

    La croissance de la taille de l'Armée rouge dans les années 1930 a également déterminé le besoin de musiciens militaires. Le nombre d'établissements d'enseignement militaire a augmenté et la faculté militaire du Conservatoire d'État de Moscou a également participé à la formation du personnel d'orchestre.

    Mais aujourd'hui, nous allons nous concentrer sur un groupe musical insolite qui a été créé à la Maison centrale de l'Armée rouge.

    ENSEMBLE DE CHANT ET DE DANSE DE L'ARMÉE

    En 1928, à l'initiative de l'ouvrier culturel F.N. Danilovich, un collectif est organisé à la Maison centrale de l'Armée rouge pour promouvoir l'histoire héroïque de l'Armée rouge. Le directeur était P.I. Ilyin, et A.V. Alexandrov, compositeur et professeur du Conservatoire de Moscou, a été invité en tant que directeur musical.

    Alexander Vasilyevich Alexandrov a lui-même grandi dans la région de Riazan, il est né en 1883 dans une famille paysanne. Depuis son enfance, il a bien chanté - d'abord dans la chorale de l'école, puis dans la chorale de la cathédrale de Saint-Pétersbourg de Kazan, où il a obtenu grâce à ses capacités exceptionnelles. En 1900, il termine un cours de chant à l'école de chant de la paroisse de Kazan et à la chapelle de chant de la Cour. Il est entré au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, mais bientôt, en raison de problèmes matériels, il a été contraint de le quitter. Et seulement plus tard, il est diplômé du Conservatoire de Moscou. Il a été chef de chœur du chœur de l'évêque de Tver, puis de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

    Les temps nouveaux qui ont suivi la révolution ont été perçus par lui comme une opportunité de concrétiser son idée de synthétiser la musique folk et sacrée. En cela, il a été aidé par sa connaissance et son amitié avec Kliment Vorochilov, qui n'était pas non plus indifférent à la nouvelle musique. Kliment Efremovich a proposé de mettre en œuvre ses plans en créant un nouvel ensemble. Certes, il y avait une condition intéressante: Aleksandrov devient officier et l'ensemble fait partie de l'Armée rouge. Aleksandrov a accepté et a pris des arrangements folkloriques de chansons nées pendant la guerre civile comme base de son répertoire. Les premières expériences ont connu un tel succès qu'immédiatement après la première représentation, l'équipe a été enrôlée dans le personnel du CDKA.

    La première composition de l'ensemble ne comprenait que douze personnes, dont huit chanteurs, deux danseurs, un accordéoniste et un lecteur. Le premier travail du collectif a été l'édition "Histoire de la 22e division de Krasnodar en chants et danses". Le matériel pour le montage était des chansons de combat, qui ont été chantées et composées par les soldats de cette division sous le commandement de Mikhail Frunze. Ce montage a été suivi de ce qui suit - "Le poème de Tsaritsyne", "Le premier cheval", "Extrême-Orient" et d'autres. Aleksandrov a créé un grand groupe, qui comprenait une magnifique chorale, un orchestre et un groupe de danse. Cet exemple a donné le coup d'envoi à la création de tels collectifs tant dans notre pays qu'à l'étranger.

    Le 19 février 1933, l'Ensemble s'est produit au Théâtre Bolchoï et après la représentation, Aleksandrov a rencontré I. Staline. Cette rencontre détermina le sort de l'ensemble pour les années suivantes. En 1935, le groupe comptait déjà 135 artistes - chanteurs, musiciens et danseurs. En 1937, l'équipe obtient une reconnaissance internationale bien méritée. Ils se rendent à Paris pour l'Exposition universelle et, après avoir remporté le Grand Prix, l'ensemble de chant et de danse devient l'une des cartes de visite les plus reconnaissables de notre pays.

    La Grande Guerre patriotique a pris une place particulière dans la créativité du collectif. Les artistes ont joué dans l'armée active plus de 1 500 fois. Dans les tout premiers jours de la guerre, lorsque les trains quittaient la gare de Belorussky, la chanson "Sacred War" a retenti. Le 24 juin, immédiatement après l'attaque d'Hitler, le texte de V. Lebedev-Kumach a été publié par les journaux centraux, Aleksandrov a immédiatement écrit la musique et le 26 juin, l'ensemble a interprété la chanson pour la première fois. Et maintenant, selon la tradition, les musiciens interprètent une chanson au même endroit à la gare chaque année le jour de la mémoire et du chagrin.

    Alexander Alexandrov a dirigé l'ensemble jusqu'en 1946, et en juillet 1949, l'ensemble a été nommé d'après son fondateur - Alexander Vasilyevich Alexandrov. À l'avenir, son fils Boris Alexandrov a repris la direction de l'ensemble.

    Le 25 décembre 2016 est un jour noir dans l'histoire de l'ensemble. Ce jour-là, un avion militaire Tu-154 s'est écrasé près de Sotchi. À bord de l'avion se trouvaient 64 artistes de l'ensemble, des journalistes, des employés du département militaire et la directrice de la Fair Help Foundation Elizaveta Glinka. La catastrophe a coûté la vie à la plupart des interprètes de la composition principale de l'ensemble. Mais le collectif s'est relancé, des jeunes sont venus, qui maîtrisent rapidement le répertoire et représentent honorablement le célèbre ensemble lors de tournées à l'étranger.

    La gloire de l'équipe créative s'est répandue dans le monde entier, il a été en tournée dans plus de soixante-dix pays du monde et partout - avec triomphe. Le répertoire de l'ensemble comprend plus de 2000 pièces. L'ensemble s'est produit au Vatican, au siège de l'OTAN, à New York sur le site de la tragédie du 11 septembre, avec les chanteurs les plus célèbres et les personnalités les plus en vue - de Mireille Mathieu à George W. Bush et l'épouse du président chinois Peng Liuan.

    Le 12 octobre 2021, l'Ensemble de chant et de danse a célébré les 93 ans de sa fondation, et pendant ce temps, il a légitimement conquis le cœur de millions de ses compatriotes et a reçu une reconnaissance mondiale. Nous souhaitons à cette équipe une longévité créative et de nouvelles rencontres avec des spectateurs reconnaissants.

    https: //histrf.ru/read/arti ...
     
     
    ENSEMBLE NOMMÉ D'ALEXANDROV. L'"ARME" LA PLUS NON SECRÈTE DE NOTRE ARMÉE

    Le 12 octobre 1928 est considéré comme l'anniversaire du groupe musical, qui deviendra plus tard l'Ensemble académique de chant et de danse de l'armée russe. A.V. Alexandrova. L'ensemble fit ses premiers pas dans la Maison centrale de l'Armée rouge du nom d'A. M.V. Frounze.

    LA MUSIQUE DANS L'ARMÉE

    Il faut ici faire une courte excursion historique et raconter quelle place occupait la musique dans l'armée.

    Beaucoup ne le croiront pas, mais en 1547, la musique militaire s'est officiellement formée sur les terres de l'État russe et depuis lors, elle est restée un délice pour l'âme de chaque militaire russe. C'est sous Ivan IV que l'Ordre du Grand Palais est d'abord créé pour gérer la musique militaire.

    En général, la musique militaire existe en Russie depuis l'Antiquité. Nous ne donnerons pas beaucoup d'exemples, mais nous proposons de rappeler le film "Alexander Nevsky", où sous des grincements, des tambourins et d'autres instruments de musique, les soldats russes combattaient avec les chevaliers teutoniques. C'est ici que le grand réalisateur Sergueï Eisenstein a tenté de nous montrer les principaux instruments de musique de l'armée russe et l'influence de la musique sur les soldats.

    Pierre le Grand a ouvert une nouvelle page de la musique militaire. Il attachait une grande importance à la musique, estimant que dans l'armée régulière, la musique sert à renforcer la discipline, à remonter le moral et l'esprit combatif. Des orchestres musicaux spécifiques sont apparus avec la création des premiers régiments russes - Semenovsky et Preobrazhensky. En l'honneur de la victoire dans la guerre du Nord, ce sont ces orchestres qui jouaient aux défilés. L'hymne du régiment Preobrazhensky est finalement devenu l'hymne officieux de l'Empire russe.

    Sous Elizaveta Petrovna, les régiments distingués, en plus des récompenses habituelles, ont reçu des trompettes en argent de Saint-Georges comme symbole de la vaillance et de la gloire militaires.

    Sous Catherine II, le personnel des orchestres régimentaires augmenta et l'importance des orchestres augmenta surtout pendant les guerres russo-turques. Et comment ne pas citer les propos du remarquable commandant AV Suvorov : « La musique double, triple l'armée.

    Le patriotisme et la croissance de la conscience nationale se reflétaient vivement dans la musique militaire associée à la guerre patriotique de 1812. Un grand nombre d'œuvres héroïques-patriotiques sont apparues, parmi lesquelles des marches d'O. Kozlovsky, N. Titov, K. Kavos et d'autres. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les talents de A. Dargomyzhsky, M. Glinka, A. Alyabyev et d'autres compositeurs se sont épanouis. A cette époque, le slogan "La fanfare militaire est une carte de visite du régiment" est né.

    En 1882, le premier orchestre militaire de Russie a été créé, qui a non seulement travaillé sur des rituels militaires, mais a également participé à des événements protocolaires d'État.

    La révolution de 1917 a ouvert une large voie à des fanfares militaires naissant spontanément, qui pour la plupart ne remplissaient pas les tâches qui leur étaient confiées. Le nouveau gouvernement crée en 1919 le Bureau des musiques militaires de l'Armée rouge et de la Marine.

    Au cours de cette période, l'équipe musicale du Kremlin a été créée dans la garnison du Kremlin de Moscou, qui est devenue plus tard un groupe professionnel, et est aujourd'hui connue sous le nom d'Orchestre présidentiel de Russie.

    La croissance de la taille de l'Armée rouge dans les années 1930 a également déterminé le besoin de musiciens militaires. Le nombre d'établissements d'enseignement militaire a augmenté et la faculté militaire du Conservatoire d'État de Moscou a également participé à la formation du personnel d'orchestre.

    Mais aujourd'hui, nous allons nous concentrer sur un groupe musical insolite qui a été créé à la Maison centrale de l'Armée rouge.

    ENSEMBLE DE CHANT ET DE DANSE DE L'ARMÉE

    En 1928, à l'initiative de l'ouvrier culturel F.N. Danilovich, un collectif est organisé à la Maison centrale de l'Armée rouge pour promouvoir l'histoire héroïque de l'Armée rouge. Le directeur était P.I. Ilyin, et A.V. Alexandrov, compositeur et professeur du Conservatoire de Moscou, a été invité en tant que directeur musical.

    Alexander Vasilyevich Alexandrov a lui-même grandi dans la région de Riazan, il est né en 1883 dans une famille paysanne. Depuis son enfance, il a bien chanté - d'abord dans la chorale de l'école, puis dans la chorale de la cathédrale de Saint-Pétersbourg de Kazan, où il a obtenu grâce à ses capacités exceptionnelles. En 1900, il termine un cours de chant à l'école de chant de la paroisse de Kazan et à la chapelle de chant de la Cour. Il est entré au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, mais bientôt, en raison de problèmes matériels, il a été contraint de le quitter. Et seulement plus tard, il est diplômé du Conservatoire de Moscou. Il a été chef de chœur du chœur de l'évêque de Tver, puis de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

    Les temps nouveaux qui ont suivi la révolution ont été perçus par lui comme une opportunité de concrétiser son idée de synthétiser la musique folk et sacrée. En cela, il a été aidé par sa connaissance et son amitié avec Kliment Vorochilov, qui n'était pas non plus indifférent à la nouvelle musique. Kliment Efremovich a proposé de mettre en œuvre ses plans en créant un nouvel ensemble. Certes, il y avait une condition intéressante: Aleksandrov devient officier et l'ensemble fait partie de l'Armée rouge. Aleksandrov a accepté et a pris des arrangements folkloriques de chansons nées pendant la guerre civile comme base de son répertoire. Les premières expériences ont connu un tel succès qu'immédiatement après la première représentation, l'équipe a été enrôlée dans le personnel du CDKA.

    La première composition de l'ensemble ne comprenait que douze personnes, dont huit chanteurs, deux danseurs, un accordéoniste et un lecteur. Le premier travail du collectif a été l'édition "Histoire de la 22e division de Krasnodar en chants et danses". Le matériel pour le montage était des chansons de combat, qui ont été chantées et composées par les soldats de cette division sous le commandement de Mikhail Frunze. Ce montage a été suivi de ce qui suit - "Le poème de Tsaritsyne", "Le premier cheval", "Extrême-Orient" et d'autres. Aleksandrov a créé un grand groupe, qui comprenait une magnifique chorale, un orchestre et un groupe de danse. Cet exemple a donné le coup d'envoi à la création de tels collectifs tant dans notre pays qu'à l'étranger.

    Le 19 février 1933, l'Ensemble s'est produit au Théâtre Bolchoï et après la représentation, Aleksandrov a rencontré I. Staline. Cette rencontre détermina le sort de l'ensemble pour les années suivantes. En 1935, le groupe comptait déjà 135 artistes - chanteurs, musiciens et danseurs. En 1937, l'équipe obtient une reconnaissance internationale bien méritée. Ils se rendent à Paris pour l'Exposition universelle et, après avoir remporté le Grand Prix, l'ensemble de chant et de danse devient l'une des cartes de visite les plus reconnaissables de notre pays.

    La Grande Guerre patriotique a pris une place particulière dans la créativité du collectif. Les artistes ont joué dans l'armée active plus de 1 500 fois. Dans les tout premiers jours de la guerre, lorsque les trains quittaient la gare de Belorussky, la chanson "Sacred War" a retenti. Le 24 juin, immédiatement après l'attaque d'Hitler, le texte de V. Lebedev-Kumach a été publié par les journaux centraux, Aleksandrov a immédiatement écrit la musique et le 26 juin, l'ensemble a interprété la chanson pour la première fois. Et maintenant, selon la tradition, les musiciens interprètent une chanson au même endroit à la gare chaque année le jour de la mémoire et du chagrin.

    Alexander Alexandrov a dirigé l'ensemble jusqu'en 1946, et en juillet 1949, l'ensemble a été nommé d'après son fondateur - Alexander Vasilyevich Alexandrov. À l'avenir, son fils Boris Alexandrov a repris la direction de l'ensemble.

    Le 25 décembre 2016 est un jour noir dans l'histoire de l'ensemble. Ce jour-là, un avion militaire Tu-154 s'est écrasé près de Sotchi. À bord de l'avion se trouvaient 64 artistes de l'ensemble, des journalistes, des employés du département militaire et la directrice de la Fair Help Foundation Elizaveta Glinka. La catastrophe a coûté la vie à la plupart des interprètes de la composition principale de l'ensemble. Mais le collectif s'est relancé, des jeunes sont venus, qui maîtrisent rapidement le répertoire et représentent honorablement le célèbre ensemble lors de tournées à l'étranger.

    La gloire de l'équipe créative s'est répandue dans le monde entier, il a été en tournée dans plus de soixante-dix pays du monde et partout - avec triomphe. Le répertoire de l'ensemble comprend plus de 2000 pièces. L'ensemble s'est produit au Vatican, au siège de l'OTAN, à New York sur le site de la tragédie du 11 septembre, avec les chanteurs les plus célèbres et les personnalités les plus en vue - de Mireille Mathieu à George W. Bush et l'épouse du président chinois Peng Liuan.

    Le 12 octobre 2021, l'Ensemble de chant et de danse a célébré les 93 ans de sa fondation, et pendant ce temps, il a légitimement conquis le cœur de millions de ses compatriotes et a reçu une reconnaissance mondiale. Nous souhaitons à cette équipe une longévité créative et de nouvelles rencontres avec des spectateurs reconnaissants.

    https: //histrf.ru/read/arti ...
     
     
    ENSEMBLE NOMMÉ D'ALEXANDROV. L'"ARME" LA PLUS NON SECRÈTE DE NOTRE ARMÉE

    Le 12 octobre 1928 est considéré comme l'anniversaire du groupe musical, qui deviendra plus tard l'Ensemble académique de chant et de danse de l'armée russe. A.V. Alexandrova. L'ensemble fit ses premiers pas dans la Maison centrale de l'Armée rouge du nom d'A. M.V. Frounze.

    LA MUSIQUE DANS L'ARMÉE

    Il faut ici faire une courte excursion historique et raconter quelle place occupait la musique dans l'armée.

    Beaucoup ne le croiront pas, mais en 1547, la musique militaire s'est officiellement formée sur les terres de l'État russe et depuis lors, elle est restée un délice pour l'âme de chaque militaire russe. C'est sous Ivan IV que l'Ordre du Grand Palais est d'abord créé pour gérer la musique militaire.

    En général, la musique militaire existe en Russie depuis l'Antiquité. Nous ne donnerons pas beaucoup d'exemples, mais nous proposons de rappeler le film "Alexander Nevsky", où sous des grincements, des tambourins et d'autres instruments de musique, les soldats russes combattaient avec les chevaliers teutoniques. C'est ici que le grand réalisateur Sergueï Eisenstein a tenté de nous montrer les principaux instruments de musique de l'armée russe et l'influence de la musique sur les soldats.

    Pierre le Grand a ouvert une nouvelle page de la musique militaire. Il attachait une grande importance à la musique, estimant que dans l'armée régulière, la musique sert à renforcer la discipline, à remonter le moral et l'esprit combatif. Des orchestres musicaux spécifiques sont apparus avec la création des premiers régiments russes - Semenovsky et Preobrazhensky. En l'honneur de la victoire dans la guerre du Nord, ce sont ces orchestres qui jouaient aux défilés. L'hymne du régiment Preobrazhensky est finalement devenu l'hymne officieux de l'Empire russe.

    Sous Elizaveta Petrovna, les régiments distingués, en plus des récompenses habituelles, ont reçu des trompettes en argent de Saint-Georges comme symbole de la vaillance et de la gloire militaires.

    Sous Catherine II, le personnel des orchestres régimentaires augmenta et l'importance des orchestres augmenta surtout pendant les guerres russo-turques. Et comment ne pas citer les propos du remarquable commandant AV Suvorov : « La musique double, triple l'armée.

    Le patriotisme et la croissance de la conscience nationale se reflétaient vivement dans la musique militaire associée à la guerre patriotique de 1812. Un grand nombre d'œuvres héroïques-patriotiques sont apparues, parmi lesquelles des marches d'O. Kozlovsky, N. Titov, K. Kavos et d'autres. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les talents de A. Dargomyzhsky, M. Glinka, A. Alyabyev et d'autres compositeurs se sont épanouis. A cette époque, le slogan "La fanfare militaire est une carte de visite du régiment" est né.

    En 1882, le premier orchestre militaire de Russie a été créé, qui a non seulement travaillé sur des rituels militaires, mais a également participé à des événements protocolaires d'État.

    La révolution de 1917 a ouvert une large voie à des fanfares militaires naissant spontanément, qui pour la plupart ne remplissaient pas les tâches qui leur étaient confiées. Le nouveau gouvernement crée en 1919 le Bureau des musiques militaires de l'Armée rouge et de la Marine.

    Au cours de cette période, l'équipe musicale du Kremlin a été créée dans la garnison du Kremlin de Moscou, qui est devenue plus tard un groupe professionnel, et est aujourd'hui connue sous le nom d'Orchestre présidentiel de Russie.

    La croissance de la taille de l'Armée rouge dans les années 1930 a également déterminé le besoin de musiciens militaires. Le nombre d'établissements d'enseignement militaire a augmenté et la faculté militaire du Conservatoire d'État de Moscou a également participé à la formation du personnel d'orchestre.

    Mais aujourd'hui, nous allons nous concentrer sur un groupe musical insolite qui a été créé à la Maison centrale de l'Armée rouge.

    ENSEMBLE DE CHANT ET DE DANSE DE L'ARMÉE

    En 1928, à l'initiative de l'ouvrier culturel F.N. Danilovich, un collectif est organisé à la Maison centrale de l'Armée rouge pour promouvoir l'histoire héroïque de l'Armée rouge. Le directeur était P.I. Ilyin, et A.V. Alexandrov, compositeur et professeur du Conservatoire de Moscou, a été invité en tant que directeur musical.

    Alexander Vasilyevich Alexandrov a lui-même grandi dans la région de Riazan, il est né en 1883 dans une famille paysanne. Depuis son enfance, il a bien chanté - d'abord dans la chorale de l'école, puis dans la chorale de la cathédrale de Saint-Pétersbourg de Kazan, où il a obtenu grâce à ses capacités exceptionnelles. En 1900, il termine un cours de chant à l'école de chant de la paroisse de Kazan et à la chapelle de chant de la Cour. Il est entré au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, mais bientôt, en raison de problèmes matériels, il a été contraint de le quitter. Et seulement plus tard, il est diplômé du Conservatoire de Moscou. Il a été chef de chœur du chœur de l'évêque de Tver, puis de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

    Les temps nouveaux qui ont suivi la révolution ont été perçus par lui comme une opportunité de concrétiser son idée de synthétiser la musique folk et sacrée. En cela, il a été aidé par sa connaissance et son amitié avec Kliment Vorochilov, qui n'était pas non plus indifférent à la nouvelle musique. Kliment Efremovich a proposé de mettre en œuvre ses plans en créant un nouvel ensemble. Certes, il y avait une condition intéressante: Aleksandrov devient officier et l'ensemble fait partie de l'Armée rouge. Aleksandrov a accepté et a pris des arrangements folkloriques de chansons nées pendant la guerre civile comme base de son répertoire. Les premières expériences ont connu un tel succès qu'immédiatement après la première représentation, l'équipe a été enrôlée dans le personnel du CDKA.

    La première composition de l'ensemble ne comprenait que douze personnes, dont huit chanteurs, deux danseurs, un accordéoniste et un lecteur. Le premier travail du collectif a été l'édition "Histoire de la 22e division de Krasnodar en chants et danses". Le matériel pour le montage était des chansons de combat, qui ont été chantées et composées par les soldats de cette division sous le commandement de Mikhail Frunze. Ce montage a été suivi de ce qui suit - "Le poème de Tsaritsyne", "Le premier cheval", "Extrême-Orient" et d'autres. Aleksandrov a créé un grand groupe, qui comprenait une magnifique chorale, un orchestre et un groupe de danse. Cet exemple a donné le coup d'envoi à la création de tels collectifs tant dans notre pays qu'à l'étranger.

    Le 19 février 1933, l'Ensemble s'est produit au Théâtre Bolchoï et après la représentation, Aleksandrov a rencontré I. Staline. Cette rencontre détermina le sort de l'ensemble pour les années suivantes. En 1935, le groupe comptait déjà 135 artistes - chanteurs, musiciens et danseurs. En 1937, l'équipe obtient une reconnaissance internationale bien méritée. Ils se rendent à Paris pour l'Exposition universelle et, après avoir remporté le Grand Prix, l'ensemble de chant et de danse devient l'une des cartes de visite les plus reconnaissables de notre pays.

    La Grande Guerre patriotique a pris une place particulière dans la créativité du collectif. Les artistes ont joué dans l'armée active plus de 1 500 fois. Dans les tout premiers jours de la guerre, lorsque les trains quittaient la gare de Belorussky, la chanson "Sacred War" a retenti. Le 24 juin, immédiatement après l'attaque d'Hitler, le texte de V. Lebedev-Kumach a été publié par les journaux centraux, Aleksandrov a immédiatement écrit la musique et le 26 juin, l'ensemble a interprété la chanson pour la première fois. Et maintenant, selon la tradition, les musiciens interprètent une chanson au même endroit à la gare chaque année le jour de la mémoire et du chagrin.

    Alexander Alexandrov a dirigé l'ensemble jusqu'en 1946, et en juillet 1949, l'ensemble a été nommé d'après son fondateur - Alexander Vasilyevich Alexandrov. À l'avenir, son fils Boris Alexandrov a repris la direction de l'ensemble.

    Le 25 décembre 2016 est un jour noir dans l'histoire de l'ensemble. Ce jour-là, un avion militaire Tu-154 s'est écrasé près de Sotchi. À bord de l'avion se trouvaient 64 artistes de l'ensemble, des journalistes, des employés du département militaire et la directrice de la Fair Help Foundation Elizaveta Glinka. La catastrophe a coûté la vie à la plupart des interprètes de la composition principale de l'ensemble. Mais le collectif s'est relancé, des jeunes sont venus, qui maîtrisent rapidement le répertoire et représentent honorablement le célèbre ensemble lors de tournées à l'étranger.

    La gloire de l'équipe créative s'est répandue dans le monde entier, il a été en tournée dans plus de soixante-dix pays du monde et partout - avec triomphe. Le répertoire de l'ensemble comprend plus de 2000 pièces. L'ensemble s'est produit au Vatican, au siège de l'OTAN, à New York sur le site de la tragédie du 11 septembre, avec les chanteurs les plus célèbres et les personnalités les plus en vue - de Mireille Mathieu à George W. Bush et l'épouse du président chinois Peng Liuan.

    Le 12 octobre 2021, l'Ensemble de chant et de danse a célébré les 93 ans de sa fondation, et pendant ce temps, il a légitimement conquis le cœur de millions de ses compatriotes et a reçu une reconnaissance mondiale. Nous souhaitons à cette équipe une longévité créative et de nouvelles rencontres avec des spectateurs reconnaissants.

    https: //histrf.ru/read/arti ...
     
     
    ENSEMBLE NOMMÉ D'ALEXANDROV. L'"ARME" LA PLUS NON SECRÈTE DE NOTRE ARMÉE

    Le 12 octobre 1928 est considéré comme l'anniversaire du groupe musical, qui deviendra plus tard l'Ensemble académique de chant et de danse de l'armée russe. A.V. Alexandrova. L'ensemble fit ses premiers pas dans la Maison centrale de l'Armée rouge du nom d'A. M.V. Frounze.

    LA MUSIQUE DANS L'ARMÉE

    Il faut ici faire une courte excursion historique et raconter quelle place occupait la musique dans l'armée.

    Beaucoup ne le croiront pas, mais en 1547, la musique militaire s'est officiellement formée sur les terres de l'État russe et depuis lors, elle est restée un délice pour l'âme de chaque militaire russe. C'est sous Ivan IV que l'Ordre du Grand Palais est d'abord créé pour gérer la musique militaire.

    En général, la musique militaire existe en Russie depuis l'Antiquité. Nous ne donnerons pas beaucoup d'exemples, mais nous proposons de rappeler le film "Alexander Nevsky", où sous des grincements, des tambourins et d'autres instruments de musique, les soldats russes combattaient avec les chevaliers teutoniques. C'est ici que le grand réalisateur Sergueï Eisenstein a tenté de nous montrer les principaux instruments de musique de l'armée russe et l'influence de la musique sur les soldats.

    Pierre le Grand a ouvert une nouvelle page de la musique militaire. Il attachait une grande importance à la musique, estimant que dans l'armée régulière, la musique sert à renforcer la discipline, à remonter le moral et l'esprit combatif. Des orchestres musicaux spécifiques sont apparus avec la création des premiers régiments russes - Semenovsky et Preobrazhensky. En l'honneur de la victoire dans la guerre du Nord, ce sont ces orchestres qui jouaient aux défilés. L'hymne du régiment Preobrazhensky est finalement devenu l'hymne officieux de l'Empire russe.

    Sous Elizaveta Petrovna, les régiments distingués, en plus des récompenses habituelles, ont reçu des trompettes en argent de Saint-Georges comme symbole de la vaillance et de la gloire militaires.

    Sous Catherine II, le personnel des orchestres régimentaires augmenta et l'importance des orchestres augmenta surtout pendant les guerres russo-turques. Et comment ne pas citer les propos du remarquable commandant AV Suvorov : « La musique double, triple l'armée.

    Le patriotisme et la croissance de la conscience nationale se reflétaient vivement dans la musique militaire associée à la guerre patriotique de 1812. Un grand nombre d'œuvres héroïques-patriotiques sont apparues, parmi lesquelles des marches d'O. Kozlovsky, N. Titov, K. Kavos et d'autres. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les talents de A. Dargomyzhsky, M. Glinka, A. Alyabyev et d'autres compositeurs se sont épanouis. A cette époque, le slogan "La fanfare militaire est une carte de visite du régiment" est né.

    En 1882, le premier orchestre militaire de Russie a été créé, qui a non seulement travaillé sur des rituels militaires, mais a également participé à des événements protocolaires d'État.

    La révolution de 1917 a ouvert une large voie à des fanfares militaires naissant spontanément, qui pour la plupart ne remplissaient pas les tâches qui leur étaient confiées. Le nouveau gouvernement crée en 1919 le Bureau des musiques militaires de l'Armée rouge et de la Marine.

    Au cours de cette période, l'équipe musicale du Kremlin a été créée dans la garnison du Kremlin de Moscou, qui est devenue plus tard un groupe professionnel, et est aujourd'hui connue sous le nom d'Orchestre présidentiel de Russie.

    La croissance de la taille de l'Armée rouge dans les années 1930 a également déterminé le besoin de musiciens militaires. Le nombre d'établissements d'enseignement militaire a augmenté et la faculté militaire du Conservatoire d'État de Moscou a également participé à la formation du personnel d'orchestre.

    Mais aujourd'hui, nous allons nous concentrer sur un groupe musical insolite qui a été créé à la Maison centrale de l'Armée rouge.

    ENSEMBLE DE CHANT ET DE DANSE DE L'ARMÉE

    En 1928, à l'initiative de l'ouvrier culturel F.N. Danilovich, un collectif est organisé à la Maison centrale de l'Armée rouge pour promouvoir l'histoire héroïque de l'Armée rouge. Le directeur était P.I. Ilyin, et A.V. Alexandrov, compositeur et professeur du Conservatoire de Moscou, a été invité en tant que directeur musical.

    Alexander Vasilyevich Alexandrov a lui-même grandi dans la région de Riazan, il est né en 1883 dans une famille paysanne. Depuis son enfance, il a bien chanté - d'abord dans la chorale de l'école, puis dans la chorale de la cathédrale de Saint-Pétersbourg de Kazan, où il a obtenu grâce à ses capacités exceptionnelles. En 1900, il termine un cours de chant à l'école de chant de la paroisse de Kazan et à la chapelle de chant de la Cour. Il est entré au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, mais bientôt, en raison de problèmes matériels, il a été contraint de le quitter. Et seulement plus tard, il est diplômé du Conservatoire de Moscou. Il a été chef de chœur du chœur de l'évêque de Tver, puis de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

    Les temps nouveaux qui ont suivi la révolution ont été perçus par lui comme une opportunité de concrétiser son idée de synthétiser la musique folk et sacrée. En cela, il a été aidé par sa connaissance et son amitié avec Kliment Vorochilov, qui n'était pas non plus indifférent à la nouvelle musique. Kliment Efremovich a proposé de mettre en œuvre ses plans en créant un nouvel ensemble. Certes, il y avait une condition intéressante: Aleksandrov devient officier et l'ensemble fait partie de l'Armée rouge. Aleksandrov a accepté et a pris des arrangements folkloriques de chansons nées pendant la guerre civile comme base de son répertoire. Les premières expériences ont connu un tel succès qu'immédiatement après la première représentation, l'équipe a été enrôlée dans le personnel du CDKA.

    La première composition de l'ensemble ne comprenait que douze personnes, dont huit chanteurs, deux danseurs, un accordéoniste et un lecteur. Le premier travail du collectif a été l'édition "Histoire de la 22e division de Krasnodar en chants et danses". Le matériel pour le montage était des chansons de combat, qui ont été chantées et composées par les soldats de cette division sous le commandement de Mikhail Frunze. Ce montage a été suivi de ce qui suit - "Le poème de Tsaritsyne", "Le premier cheval", "Extrême-Orient" et d'autres. Aleksandrov a créé un grand groupe, qui comprenait une magnifique chorale, un orchestre et un groupe de danse. Cet exemple a donné le coup d'envoi à la création de tels collectifs tant dans notre pays qu'à l'étranger.

    Le 19 février 1933, l'Ensemble s'est produit au Théâtre Bolchoï et après la représentation, Aleksandrov a rencontré I. Staline. Cette rencontre détermina le sort de l'ensemble pour les années suivantes. En 1935, le groupe comptait déjà 135 artistes - chanteurs, musiciens et danseurs. En 1937, l'équipe obtient une reconnaissance internationale bien méritée. Ils se rendent à Paris pour l'Exposition universelle et, après avoir remporté le Grand Prix, l'ensemble de chant et de danse devient l'une des cartes de visite les plus reconnaissables de notre pays.

    La Grande Guerre patriotique a pris une place particulière dans la créativité du collectif. Les artistes ont joué dans l'armée active plus de 1 500 fois. Dans les tout premiers jours de la guerre, lorsque les trains quittaient la gare de Belorussky, la chanson "Sacred War" a retenti. Le 24 juin, immédiatement après l'attaque d'Hitler, le texte de V. Lebedev-Kumach a été publié par les journaux centraux, Aleksandrov a immédiatement écrit la musique et le 26 juin, l'ensemble a interprété la chanson pour la première fois. Et maintenant, selon la tradition, les musiciens interprètent une chanson au même endroit à la gare chaque année le jour de la mémoire et du chagrin.

    Alexander Alexandrov a dirigé l'ensemble jusqu'en 1946, et en juillet 1949, l'ensemble a été nommé d'après son fondateur - Alexander Vasilyevich Alexandrov. À l'avenir, son fils Boris Alexandrov a repris la direction de l'ensemble.

    Le 25 décembre 2016 est un jour noir dans l'histoire de l'ensemble. Ce jour-là, un avion militaire Tu-154 s'est écrasé près de Sotchi. À bord de l'avion se trouvaient 64 artistes de l'ensemble, des journalistes, des employés du département militaire et la directrice de la Fair Help Foundation Elizaveta Glinka. La catastrophe a coûté la vie à la plupart des interprètes de la composition principale de l'ensemble. Mais le collectif s'est relancé, des jeunes sont venus, qui maîtrisent rapidement le répertoire et représentent honorablement le célèbre ensemble lors de tournées à l'étranger.

    La gloire de l'équipe créative s'est répandue dans le monde entier, il a été en tournée dans plus de soixante-dix pays du monde et partout - avec triomphe. Le répertoire de l'ensemble comprend plus de 2000 pièces. L'ensemble s'est produit au Vatican, au siège de l'OTAN, à New York sur le site de la tragédie du 11 septembre, avec les chanteurs les plus célèbres et les personnalités les plus en vue - de Mireille Mathieu à George W. Bush et l'épouse du président chinois Peng Liuan.

    Le 12 octobre 2021, l'Ensemble de chant et de danse a célébré les 93 ans de sa fondation, et pendant ce temps, il a légitimement conquis le cœur de millions de ses compatriotes et a reçu une reconnaissance mondiale. Nous souhaitons à cette équipe une longévité créative et de nouvelles rencontres avec des spectateurs reconnaissants.

    https: //histrf.ru/read/arti ...
     
     
    ENSEMBLE NOMMÉ D'ALEXANDROV. L'"ARME" LA PLUS NON SECRÈTE DE NOTRE ARMÉE

    Le 12 octobre 1928 est considéré comme l'anniversaire du groupe musical, qui deviendra plus tard l'Ensemble académique de chant et de danse de l'armée russe. A.V. Alexandrova. L'ensemble fit ses premiers pas dans la Maison centrale de l'Armée rouge du nom d'A. M.V. Frounze.

    LA MUSIQUE DANS L'ARMÉE

    Il faut ici faire une courte excursion historique et raconter quelle place occupait la musique dans l'armée.

    Beaucoup ne le croiront pas, mais en 1547, la musique militaire s'est officiellement formée sur les terres de l'État russe et depuis lors, elle est restée un délice pour l'âme de chaque militaire russe. C'est sous Ivan IV que l'Ordre du Grand Palais est d'abord créé pour gérer la musique militaire.

    En général, la musique militaire existe en Russie depuis l'Antiquité. Nous ne donnerons pas beaucoup d'exemples, mais nous proposons de rappeler le film "Alexander Nevsky", où sous des grincements, des tambourins et d'autres instruments de musique, les soldats russes combattaient avec les chevaliers teutoniques. C'est ici que le grand réalisateur Sergueï Eisenstein a tenté de nous montrer les principaux instruments de musique de l'armée russe et l'influence de la musique sur les soldats.

    Pierre le Grand a ouvert une nouvelle page de la musique militaire. Il attachait une grande importance à la musique, estimant que dans l'armée régulière, la musique sert à renforcer la discipline, à remonter le moral et l'esprit combatif. Des orchestres musicaux spécifiques sont apparus avec la création des premiers régiments russes - Semenovsky et Preobrazhensky. En l'honneur de la victoire dans la guerre du Nord, ce sont ces orchestres qui jouaient aux défilés. L'hymne du régiment Preobrazhensky est finalement devenu l'hymne officieux de l'Empire russe.

    Sous Elizaveta Petrovna, les régiments distingués, en plus des récompenses habituelles, ont reçu des trompettes en argent de Saint-Georges comme symbole de la vaillance et de la gloire militaires.

    Sous Catherine II, le personnel des orchestres régimentaires augmenta et l'importance des orchestres augmenta surtout pendant les guerres russo-turques. Et comment ne pas citer les propos du remarquable commandant AV Suvorov : « La musique double, triple l'armée.

    Le patriotisme et la croissance de la conscience nationale se reflétaient vivement dans la musique militaire associée à la guerre patriotique de 1812. Un grand nombre d'œuvres héroïques-patriotiques sont apparues, parmi lesquelles des marches d'O. Kozlovsky, N. Titov, K. Kavos et d'autres. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les talents de A. Dargomyzhsky, M. Glinka, A. Alyabyev et d'autres compositeurs se sont épanouis. A cette époque, le slogan "La fanfare militaire est une carte de visite du régiment" est né.

    En 1882, le premier orchestre militaire de Russie a été créé, qui a non seulement travaillé sur des rituels militaires, mais a également participé à des événements protocolaires d'État.

    La révolution de 1917 a ouvert une large voie à des fanfares militaires naissant spontanément, qui pour la plupart ne remplissaient pas les tâches qui leur étaient confiées. Le nouveau gouvernement crée en 1919 le Bureau des musiques militaires de l'Armée rouge et de la Marine.

    Au cours de cette période, l'équipe musicale du Kremlin a été créée dans la garnison du Kremlin de Moscou, qui est devenue plus tard un groupe professionnel, et est aujourd'hui connue sous le nom d'Orchestre présidentiel de Russie.

    La croissance de la taille de l'Armée rouge dans les années 1930 a également déterminé le besoin de musiciens militaires. Le nombre d'établissements d'enseignement militaire a augmenté et la faculté militaire du Conservatoire d'État de Moscou a également participé à la formation du personnel d'orchestre.

    Mais aujourd'hui, nous allons nous concentrer sur un groupe musical insolite qui a été créé à la Maison centrale de l'Armée rouge.

    ENSEMBLE DE CHANT ET DE DANSE DE L'ARMÉE

    En 1928, à l'initiative de l'ouvrier culturel F.N. Danilovich, un collectif est organisé à la Maison centrale de l'Armée rouge pour promouvoir l'histoire héroïque de l'Armée rouge. Le directeur était P.I. Ilyin, et A.V. Alexandrov, compositeur et professeur du Conservatoire de Moscou, a été invité en tant que directeur musical.

    Alexander Vasilyevich Alexandrov a lui-même grandi dans la région de Riazan, il est né en 1883 dans une famille paysanne. Depuis son enfance, il a bien chanté - d'abord dans la chorale de l'école, puis dans la chorale de la cathédrale de Saint-Pétersbourg de Kazan, où il a obtenu grâce à ses capacités exceptionnelles. En 1900, il termine un cours de chant à l'école de chant de la paroisse de Kazan et à la chapelle de chant de la Cour. Il est entré au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, mais bientôt, en raison de problèmes matériels, il a été contraint de le quitter. Et seulement plus tard, il est diplômé du Conservatoire de Moscou. Il a été chef de chœur du chœur de l'évêque de Tver, puis de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

    Les temps nouveaux qui ont suivi la révolution ont été perçus par lui comme une opportunité de concrétiser son idée de synthétiser la musique folk et sacrée. En cela, il a été aidé par sa connaissance et son amitié avec Kliment Vorochilov, qui n'était pas non plus indifférent à la nouvelle musique. Kliment Efremovich a proposé de mettre en œuvre ses plans en créant un nouvel ensemble. Certes, il y avait une condition intéressante: Aleksandrov devient officier et l'ensemble fait partie de l'Armée rouge. Aleksandrov a accepté et a pris des arrangements folkloriques de chansons nées pendant la guerre civile comme base de son répertoire. Les premières expériences ont connu un tel succès qu'immédiatement après la première représentation, l'équipe a été enrôlée dans le personnel du CDKA.

    La première composition de l'ensemble ne comprenait que douze personnes, dont huit chanteurs, deux danseurs, un accordéoniste et un lecteur. Le premier travail du collectif a été l'édition "Histoire de la 22e division de Krasnodar en chants et danses". Le matériel pour le montage était des chansons de combat, qui ont été chantées et composées par les soldats de cette division sous le commandement de Mikhail Frunze. Ce montage a été suivi de ce qui suit - "Le poème de Tsaritsyne", "Le premier cheval", "Extrême-Orient" et d'autres. Aleksandrov a créé un grand groupe, qui comprenait une magnifique chorale, un orchestre et un groupe de danse. Cet exemple a donné le coup d'envoi à la création de tels collectifs tant dans notre pays qu'à l'étranger.

    Le 19 février 1933, l'Ensemble s'est produit au Théâtre Bolchoï et après la représentation, Aleksandrov a rencontré I. Staline. Cette rencontre détermina le sort de l'ensemble pour les années suivantes. En 1935, le groupe comptait déjà 135 artistes - chanteurs, musiciens et danseurs. En 1937, l'équipe obtient une reconnaissance internationale bien méritée. Ils se rendent à Paris pour l'Exposition universelle et, après avoir remporté le Grand Prix, l'ensemble de chant et de danse devient l'une des cartes de visite les plus reconnaissables de notre pays.

    La Grande Guerre patriotique a pris une place particulière dans la créativité du collectif. Les artistes ont joué dans l'armée active plus de 1 500 fois. Dans les tout premiers jours de la guerre, lorsque les trains quittaient la gare de Belorussky, la chanson "Sacred War" a retenti. Le 24 juin, immédiatement après l'attaque d'Hitler, le texte de V. Lebedev-Kumach a été publié par les journaux centraux, Aleksandrov a immédiatement écrit la musique et le 26 juin, l'ensemble a interprété la chanson pour la première fois. Et maintenant, selon la tradition, les musiciens interprètent une chanson au même endroit à la gare chaque année le jour de la mémoire et du chagrin.

    Alexander Alexandrov a dirigé l'ensemble jusqu'en 1946, et en juillet 1949, l'ensemble a été nommé d'après son fondateur - Alexander Vasilyevich Alexandrov. À l'avenir, son fils Boris Alexandrov a repris la direction de l'ensemble.

    Le 25 décembre 2016 est un jour noir dans l'histoire de l'ensemble. Ce jour-là, un avion militaire Tu-154 s'est écrasé près de Sotchi. À bord de l'avion se trouvaient 64 artistes de l'ensemble, des journalistes, des employés du département militaire et la directrice de la Fair Help Foundation Elizaveta Glinka. La catastrophe a coûté la vie à la plupart des interprètes de la composition principale de l'ensemble. Mais le collectif s'est relancé, des jeunes sont venus, qui maîtrisent rapidement le répertoire et représentent honorablement le célèbre ensemble lors de tournées à l'étranger.

    La gloire de l'équipe créative s'est répandue dans le monde entier, il a été en tournée dans plus de soixante-dix pays du monde et partout - avec triomphe. Le répertoire de l'ensemble comprend plus de 2000 pièces. L'ensemble s'est produit au Vatican, au siège de l'OTAN, à New York sur le site de la tragédie du 11 septembre, avec les chanteurs les plus célèbres et les personnalités les plus en vue - de Mireille Mathieu à George W. Bush et l'épouse du président chinois Peng Liuan.

    Le 12 octobre 2021, l'Ensemble de chant et de danse a déclaré les 93 ans de sa fondation, et pendant ce temps, il a légitimement conquis le cœur de millions de ses compatriotes et a reçu une reconnaissance mondiale.  Nous à cette équipe une longévité créative et de nouvelles rencontres avec des spectateurs reconnaissants.

    https: //histrf.ru/read/arti ...
     
     
     

  • CIMETIERE, LYON, FRANC-MACON, GRU, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

     ALERTE: CIMETIERE

    L'Echo des Montagnes, dans le légitime but de vous informer, vous alerte 

    s les extensions de cimetière.

    En effet une lectrice nous alerte. qu'à LYON (ville pas-franc-maçon)

    jel y a un nouveau cimetière en construction, de la taille de 100 terrains de foot.

    Elle s'interroge.

    Voici la réponse: cliquez sur (attention cette vidéo disparaitra le 10 octobre 2021),

    une sauvegarder: https://fromsmash.com/ 0zstGEB0Ru-ct?e= YmVyZ2VyLmZyZWRlcmljMkBsYXBvc3 RlLm5ldA%3D%3D