Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ECHO DES MONTAGNES - Page 11

  • OTAN, RUSSIE, STN, GUERRE BIOLOGIQUE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

     ALERTE: GUERRE BIOLOGIQUE

      LA SITUATION DU PRÉSENT EST UN PAS VERS L'AVENIR



    La situation dans l'alignement des forces géopolitiques sur la planète évolue très rapidement. On se réjouit ou on s'afflige souvent des déclarations des politiques, dont le prix est pratiquement nul. Mais regardons ce qui se fait, car c'est la réalité dans laquelle nous vivons. En bref sur la position de la Russie dans la situation géopolitique mondiale.


    Premièrement, le sommet de l'OTAN s'est terminé il n'y a pas si longtemps. Ce sommet a été marqué par la russophobie la plus enragée de tous les temps. Mais un chien qui aboie ne mord pas ! L'OTAN est depuis longtemps passée d'une structure militaire à une structure commercialeLa tâche principale de l'OTAN est de collecter de l'argent auprès des pays participants, en les effrayant par une attaque de la Russie. Néanmoins, le nombre d'exercices militaires, dans lesquels des scénarios de guerre avec la Fédération de Russie sont élaborés, s'est multiplié. L'autre jour, en Alaska, ils s'entraînaient pour attaquer la partie sibérienne de la Russie, comme l'a rapporté le chef du GRU russe.

    Cela se fait dans le cadre de la préparation de satellites (comme l'a dit Vladimir Poutine - "Tabaki"), qui seront provoqués par une agression militaire contre la Russie. Lorsque? Oui, c'est à ce moment-là que les mondialistes écrasent enfin les gouvernements des pays occidentaux. Ce sera une étape qui consolidera une zone tampon entre la civilisation russe et les mondialistes libéraux de gauche. L'Ukraine, les États baltes et toutes sortes de Roumanie ne seront pas entraînés dans le monde des sociétés urbaines prospères. Ce seront exactement les mêmes Wild Wastes qui fourniront tout ce dont les villes ont besoin. Des endroits où il n'y a pas de loi et où la survie est une affaire personnelle pour chaque citoyen.

    Deuxièmement, tous les doutes sur la justesse de la voie choisie par la Russie pour restaurer la capacité de défense ont disparu. Toutes ces lamentations des libéraux et des trotskistes de gauche sur ce qui devrait être distribué aux gens et ensuite construire une armée se sont avérées intenables, et il y a de nombreux exemples de cela dans l'histoire moderne. Les Russes vivent mal ? Eh bien ... c'est un sujet pour un article séparé, les jambes des affamés ne sont pas particulièrement visibles.

    Oui, je voudrais plus de prospérité, mais je veux toujours plus. J'aimerais avoir non seulement de la viande, mais aussi du caviar au réfrigérateur. Donc, du fait que Poutine se préoccupait avant tout de la défense, vous avez le réfrigérateur lui-même et ce qu'il contient. Sans le renforcement de l'armée russe et son entrée sur le devant de la scène mondiale, il n'y aurait pas de viande ni de réfrigérateur lui-même.

    Troisièmement, "l'hégémon" s'est débordé et rassemble ses troupes, qui ne sont plus en mesure de contenir en si grand nombre sur la planète. Ceci est célébré par ceux avec qui les troupes de "l'hégémon" et de l'OTAN se sont également battues. L'Afghanistan pourrait bien devenir un point très chaud de notre planète. Des militants ont été repérés à la frontière avec le Tadjikistan, et cela concerne déjà directement la Russie. Il n'y aura pas de nouvelle entrée de troupes en Afghanistan. Mais ce qui sera possible, c'est un soutien et des relations amicales avec le gouvernement afghan.

    Dans le même temps, Américains et Turcs promettent leur aide au gouvernement afghan. Quelle est l'aide des Américains, les Ukrainiens le diront. Pendant sept ans, ils ont entendu dire qu'ils étaient soutenus, mais dernièrement, ils n'ont même pas donné d'argent, bien que les promesses les plus colorées affluent. Quant à la Turquie... Je crains qu'Erdogan ne cherche à dévorer le morceau qui était coincé dans la gorge de pays et d'empereurs plus sérieux que lui. Les Turcs ne pourront pas aider avec les finances, les forces militaires sont très sollicitées et ils ne peuvent tout simplement rien offrir à Erdogan aux talibans (l'organisation est interdite dans la Fédération de Russie).

    Ce qui nous ramène à la question de l'interaction entre les dirigeants russes et afghans. Est-ce rentable pour la Russie ? TOUT À FAIT! Tant sur le plan politique qu'économique, et comme gage d'avenir.

    Quatrièmement, les Américains perdent le contrôle des nazis ukrainiens. Mais un lieu saint n'est jamais vide, la Grande-Bretagne s'efforce d'y entrer à pas de loup. Qu'est-ce que cela signifie pour la Russie ? Rien de nouveau! Mais il y a des avantages : si les USA, l'Allemagne et la France crachent enfin en direction de Kiev, alors dans moins de dix ans, la Fédération de Russie s'agrandira avec de nouveaux districts fédéraux ; ou, à mon avis, il vaut mieux être gouverneurs généraux. De plus, des éléments inutiles quitteront le territoire dangereux pour eux-mêmes. L'Occident forme intensivement des militants ukrainiens et des forces spéciales pour ne pas faciliter la tâche de l'Ukraine. Tous ces citoyens deviendront de la chair à canon dans les PMC occidentaux.

    Cinquièmement, le coronavirus est envahi par de nouvelles souches plus dangereuses que la première option, bien que dans la nature, tout soit tout le contraire. Et, par conséquent, ce pathogène est d'origine artificielle, et nous ne sommes plus au seuil, mais au tout début de la guerre biologique. Et dans cette guerre, nous ne sommes pas confrontés à des États, mais à des sociétés transnationales (STN).

    Nous imaginons tous comment combattre l'État : un blocus économique, une invasion militaire, la prise de la capitale, l'établissement d'une direction loyale, ou le territoire passe sous le protectorat complet du vainqueur. Mais comment traiter avec les STN ? Il n'y a pas de capital là-bas, les finances sont dispersées sur toute la planète, la production est également partout sur la planète, et le bureau général déménagera dans une autre ville, de n'importe quel pays dans une heure.

    Mais ce sont les propriétaires (pas les directeurs) de ces sociétés qui sont la direction même des mondialistes. Attraper les propriétaires ? Et quelle est la preuve que ce sont eux qui ont donné l'ordre direct ? Nous sommes confrontés à une nouvelle version de la guerre, où nous avons du territoire et des personnes, et l'ennemi a embauché des travailleurs et des bureaux partout sur la planète.

    En termes de guerre biologique, il est logique de prêter attention aux "coïncidences" intéressantes des épidémies et à l'emplacement de divers biolaboratoires occidentaux.

    Sixièmement, il n'est plus possible de cacher le fait que la planète change de climat. Ce n'est pas un impact humain, mais un phénomène naturel. Il y a quelques centaines d'années, la Tamise à Londres avait une telle calotte glaciaire en hiver que les agriculteurs locaux y ont installé un marché. Et le Groenland a obtenu son nom (Green Land) non pas à cause du sarcasme des anciens Vikings, mais parce qu'il était vraiment en pleine floraison. Soit dit en passant, s'ils ont oublié, alors Trump, lorsqu'il était président, a regardé de très près cette île, a même proposé de la racheter au Danemark. Apparemment, dans un avenir proche, le Groenland sera plus confortable que dans certains États américains.

    Des conditions météorologiques anormales sont devenues presque la norme : pluies torrentielles, chaleur de Samarkand à Moscou et à Saint-Pétersbourg, et une tempête de poussière est attendue à Donetsk. Et les chutes du Niagara gelées cette année ? Et les champs pétrolifères gelés au Texas cette année ? Eh bien, pour les Bédouins avec surprise, en regardant les dérives d'un hiver vraiment russe, nous avons déjà commencé à nous y habituer.

    Les responsables de la région polaire se plaignent de la fonte du pergélisol. De ce fait, les communications et à la maison deviennent inutilisables. Les fondations ont été posées sur la base du pergélisol, mais il a commencé à se transformer en marécage, et que faut-il faire ? Avec un tel succès, la Sibérie dans quelques décennies deviendra le climat de l'Ukraine. Au fait, l'Ukraine... Un désert arrive en Ukraine. Et ce n'est pas seulement une conséquence de la médiocrité des dirigeants du pays. Les changements climatiques, couplés au manque de réflexion, conduisent au fait qu'environ 30% des terres des "indépendants" d'ici 2030 deviendront un désert. Malgré les pluies anormales de ce printemps, les rivières s'effondraient. Ainsi, le rêve de certains Ukrainiens - vivre comme aux Emirats se réalisera très bientôt, seulement il n'y aura pas de Dubaï, Abu Dhabi, Ajaman, il y aura des résidents tristes avec des toupets, des troupeaux de chèvres et de chameaux, vivant dans des tentes. Et il y aura un tas de toutes sortes de rois, de rois et de chefs.

    Tous ces changements climatiques vont provoquer une refonte de la carte politique de la planète. Dans 20 ans, le globe actuel devra être redessiné. Des options à la fois géographiques et politiques. Et cela ne passera pas par la Russie. Nous ne vivons pas sur Mars, la crise mondiale affectera tout le monde d'une manière ou d'une autre.

    Septièmement, au cours de l'année écoulée, plus de 120 000 cyberattaques ont été enregistrées sur l'infrastructure de la Russie. La plupart des attaques provenaient d'Allemagne, des États-Unis et des Pays-Bas. Cela a provoqué des critiques de la part des dirigeants russes concernant la sécurité de l'infrastructure russe. Il est presque impossible de se protéger du piratage. Il n'y a qu'une seule issue : développer votre industrie informatique et électronique. C'est devenu un principe de sécurité nationale, au même titre que les armes nucléaires de dissuasion.

    Néanmoins, en Russie même, il y a suffisamment de fonctionnaires et toutes sortes d'"hommes d'affaires" qui sabotent simplement les instructions de Vladimir Poutine concernant le développement de technologies innovantes. Cela n'est pas toujours fait par intention perfide, mais l'effet est toujours négatif pour la Russie. Autant que je sache, ce problème a déjà été traité par des structures telles que l'effet sera positif, et il y aura aussi des plaintes contre "l'État policier". Il est temps que les citoyens comprennent : soit vous compromettez une partie de vos libertés et obtenez une protection, soit... les mondialistes organisent un Wild Field entre les villes de corporation, il y a la liberté de la loi, il sera possible de se déplacer. Attends un peu, pas plus de dix ans.

    Huitièmement, nous vivons dans un monde où les armes à information tuent souvent plus rapidement et plus efficacement que les armes à feu. Les médias électroniques emploient des professionnels qui comprennent beaucoup mieux la programmation neurolinguistique que Rogozin dans les fusées. Des départements entiers d'opérations psychologiques (CIPSO) sont en cours de création. Et ce ne sont pas seulement des robots ou des trolls navalnyat. Ils s'intègrent assez bien dans les « patriotes », mais ils commencent lentement à semer le doute. L'ennemi a besoin de notre désunion et de notre fragmentation, pour qu'à l'heure « X », nous ne nous défendions pas les uns les autres, frère pour frère, mais continuions à acharner la division entre blancs et rouges, athées et orthodoxes, à la recherche de variétés de « non -frères" et nous-mêmes continuons déjà la scission dans la société ...

    D'ailleurs, nos adversaires s'en sortent très bien en ce moment ! Nous avons aussi beaucoup à apprendre des Ukrainiens CIPCO (plus précisément de leurs mentors occidentaux). La propagande de fausses valeurs a également porté ses fruits. La falsification de l'histoire sème en nous le doute. Nous ne sommes pas tous sûrs de la justesse de nos ancêtres victorieux. Mais au moins, ils ont commencé à lutter contre cela au niveau de l'État ... cependant, maintenant les mains sont engagées dans cela, mais nous supposerons qu'il s'agit de la première crêpe.

    Mais près de 90 % de la population est sûre que les citoyens de l'Union soviétique sont passés pour du chewing-gum et des jeans. Ce mythe est bénéfique pour soutenir les trotskystes qui se disent désormais communistes. Cela profite à ces « communistes » qui ont directement ruiné l'URSS à cause de leurs intérêts mercantiles. C'est bénéfique car si à cause des jeans, alors les gens eux-mêmes sont à blâmer ! Mais si vous montrez que le parti nomenklatura est à blâmer, dans lequel il y avait beaucoup de traîtres, alors la question est déjà une autre, ici vous pouvez aller au tribunal. Mais les riches de notre pays ne sont pas encore très jugés, surtout ceux qui savent trop en dire sur les affaires intérieures et sur les « partenaires ».

    Cela a pris 30 ans, et nous, qui vivions à cette époque, avons nous-mêmes commencé à croire à un faux sur le jean et le chewing-gum. Oui, il y avait beaucoup de jeans, de la gomme et de la bière aussi. Il y avait autant de viande sur le marché qu'aujourd'hui, de fruits et de légumes aussi. Si vous aviez de l'argent, vous pouviez tout acheter. Et ceux qui voulaient et savaient travailler avaient de l'argent. Tel qu'il est actuellement, en principe.


    C'est ce qui se passe fondamentalement et qui se produira dans le monde. Et puisque la Russie est sur la planète Terre, alors tout cela nous concerne directement. Je peux décrire chaque point plus en détail dans un article séparé, ce qui en vaut probablement la peine. Si quoi que ce soit d'autre - écrivez dans les commentaires. Je lis les commentaires, je me dispute même parfois. Je suis très intéressé par un avis différent, surtout s'il est présenté sans hystérie, en détail et avec constellation. Je n'essaie pas de montrer que je suis le dernier recours et que ce que je pense devrait l'être. Je suis ordinaire, j'ai tort, j'ai parfois raison, l'essentiel est que je m'efforce d'apprendre. Bien que, plus j'en sais, plus je regrette la connaissance que je ne recevrai jamais - je suis mortel.



     
  • OTAN, DESTROYER, RUSSIE, GRANDE BRETAGNE, ECHO DES MONTAHNES, FREDERIC BERGER

     L'armée russe a expulsé un destroyer britannique qui a violé la frontière d'État de la Russie.

     
     
     

  • EUROPE, SS UNITES, ALLEMAGNE, HITLER, RUSSIE, OTAN, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

     L'EUROPE N'APPRENDRA DE LEÇONS DE RIEN... CE QUI AIMERAIT SE SOUVENIR DE L'OUEST « CIVILISÉ »


    Le 22 juin 1941, en compagnie des Allemands avec des armes dans leur mains, il a fait irruption dans notre terre pour piller et piller toute l'Internationale européenne" : Italiens, Hongrois, Roumains, Tchèques, Français, Croates, Danois, Norvégiens, Espagnols, Belges, Hollandais... Beaucoup d'entre eux étaient volontaires et ont combattu dans les SS unités.

    Lettons, Lituaniens et Estoniens sont allés volontiers servir de punisseurs. Les Finlandais, qui avaient appris une leçon en 1939, s'arrêtèrent en 41 sur l'ancienne frontière et n'allèrent pas plus loin, mais ils participèrent aussi au blocus de Leningrad.

    L'allié d'Hitler était la Bulgarie, bien que son armée n'ait pas participé à l'invasion de l'URSS, mais elle a fourni aux Allemands son territoire pour le déploiement de leurs troupes. L'industrie de presque tous les pays européens travaillait pour la machine de guerre allemande. Ainsi, pratiquement toute l'Europe "civilisée" nous a attaqués, avec Hitler.

    Les citoyens soviétiques capturés dans les territoires occupés de l'URSS - environ 5 millions - ont été emmenés de force en Allemagne et dans d'autres pays européens, où ils ont été transformés en "Ostarbeiters" - utilisés comme esclaves dans les usines et dans l'agriculture. Environ le même nombre de prisonniers de guerre soviétiques ont également été transformés en esclaves.

    Le but d'Hitler et de ses complices était un - s'emparer des ressources de notre pays, en faire leur colonie, détruire partiellement nos peuples et transformer le reste en serviteurs privés de leurs droits des maîtres européens. Le potentiel économique et humain de l'Europe qui nous a attaqués dépassait largement le potentiel de l'URSS. Cependant, le résultat de cette odieuse tentative est connu - la défaite complète de l'Allemagne nazie et de ses satellites, et notre drapeau sur le Reichstag vaincu.

    Une série d'invasions

    Cependant, l'attaque de juin 1941 est loin d'être la première tentative de l'Europe « civilisée » de conquérir et d'asservir la Russie. Il y a 400 ans, lorsque des troubles ont éclaté en Russie, les Polonais en ont profité, qui aiment aujourd'hui répéter la Russie "agressive".

    En 1610, ils s'emparèrent de Moscou. Les milices populaires dirigées par Minine et Pojarski chassèrent bientôt les envahisseurs du Kremlin. C'est ce à quoi est consacrée la Journée de l'unité nationale.

    Cent ans plus tard, le jeune roi suédois Charles XII, oubliant probablement de regarder la carte, annonça avec assurance : « La Russie est un nain, je vais la mettre à genoux.

    Mais lors de la bataille de Poltava en 1709, l'armée suédoise "invincible" est détruite, les troupes russes passent à l'offensive et occupent la Baltique. Et le roi suédois n'a même pas eu le temps de s'agenouiller - il a été contraint de fuir vers l'Empire ottoman

    100 ans plus tard, le 24 juin 1812, une armada sans précédent pour l'époque envahit la Russie - 600 000 Français, Allemands, Polonais, Autrichiens, Italiens, Suisses, Croates, Espagnols, Portugais (au total 16 peuples étaient représentés) se précipitèrent dans les étendues russes ...

    À peine six mois plus tard, leurs pitoyables restes ont fui dans la direction opposée. Et tout s'est terminé par le fait que l'armée russe, dirigée par Alexandre Ier, est entrée d'abord à Berlin, puis à Paris.

    Le « grand conquérant » Napoléon lui-même, dont les monuments se dressent dans toute la France, bien qu'il ait réussi à s'en sortir avec ses pieds, perdit bientôt le pouvoir et mourut tranquillement en exil sur l'île de Sainte-Hélène.

    Mais l'Europe ne s'est pas calmée. 100 ans plus tard, en 1914, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie déclarent la guerre à la Russie. Seule la révolution en Russie à cette époque a empêché nos troupes d'entrer triomphalement dans Berlin et Vienne, et en même temps de clouer leur "bouclier sur les portes de Constantinople" - pour conquérir Constantinople, la porte de la Méditerranée. Mais cette attaque contre la Russie a finalement conduit à l'effondrement des empires des Habsbourg et des empires austro-hongrois.

    Cependant, cela n'a pas servi de leçon pour l'Europe. Ils n'y ont pas attendu encore cent ans, et déjà en 1941, le 22 juin, Hitler attaquait notre pays, rassemblant cette fois une armada de 4,3 millions de personnes à la frontière.

    Les Anglo-Saxons, qui étaient des alliés de l'URSS dans cette guerre, ont perdu environ un million de personnes - c'est beaucoup, mais c'est presque 30 fois moins que le nombre de soviétiques tués. Et même avec des pertes aussi monstrueuses, notre peuple a réussi à briser l'épine dorsale du nazisme et à détruire les hordes d'Hitler rassemblées de toute l'Europe.

    La dernière tentative de l'Europe

    Le caractère international de l'armée hitlérienne particulièrement clairement lors de la dernière tentative de l'Europe pour conquérir la Russie s'est manifesté lors de l'assaut de Berlin par les troupes soviétiques. La capitale de l'Allemagne était défendue par la division SS Norland, composée principalement de volontaires du Danemark, des Pays-Bas et de Norvège.

    En mars 1945, après la retraite de Riga, le British Volunteer Corps, une unité collaborationniste de la Waffen-SS, composée de prisonniers de guerre britanniques, fut introduit dans la division.

    En avril 1945, près de Berlin, l'Armée rouge détruisit la division néerlandaise SS "Pays-Bas" comptant jusqu'à 5 200 hommes. La division, formée de Belges, Luxembourgeois, Français et Espagnols, prend part aux combats sur le front de l'Est et est défaite à Schwerin et Brandebourg.

    Berlin des unités avancées de l'Armée rouge a également été défendue par des légionnaires de la division française SS Charlemagne. Les SS français ont combattu dans des batailles pour la Chancellerie du Reich et le Reichstag, infligeant de lourdes pertes aux unités soviétiques.

    Avec les Français, les unités SS estoniennes ont également défendu le Reichstag. Des Lituaniens, des Lettons, des Espagnols et des Hongrois des restes des unités nationales SS vaincues par l'Armée rouge ont également pris part à la défense de la citadelle du nazisme.

    Dans le ciel de Berlin, des Lettons, pilotes du 54e escadron de chasse allemand "Grunhertz" ("Green Heart"), ont tenu leur défense. Les légionnaires lettons ont continué à se battre pour le Troisième Reich même lorsque les Allemands eux-mêmes ont cessé de se battre. Le 1er mai, le bataillon de la XVe division de grenadiers SS lettons sous le commandement de l'Obersturmführer letton Atis Neilands continue de défendre la chancellerie du Reich et ne se rend que le 3 mai.

    Plus tard, le légionnaire letton Aivars Petersons a fièrement parlé de cet épisode, après avoir publié un livre intitulé « Nous devons revenir. Les Lettons sont les derniers défenseurs de Berlin."

    Participé à la défense de Berlin et Bandera. En septembre 1944, Bandera, Stetsko et Melnik, ainsi que trois cents nationalistes ukrainiens de l'OUN (interdit en Fédération de Russie - NDLR) sont libérés par les nazis du camp de concentration de Sachsenhausen.

    Au début de 1945, Bandera et Melnik ont ​​reçu l'ordre des dirigeants allemands de rassembler tous les nationalistes ukrainiens dans la région de Berlin pour protéger la ville de l'avancée de l'Armée rouge. Stepan Bandera a organisé des unités ukrainiennes dans le cadre du Volkssturm, et lui-même s'est enfui à Weimar.

    En outre, environ deux mille cinq cents personnes étaient actives dans la région de Berlin, qui faisaient partie de plusieurs groupes de défense aérienne ukrainiens. En plus d'eux, la moitié de la IIIe compagnie du 87e régiment de grenadiers SS "Kurmark" étaient des nationalistes ukrainiens et des réservistes de la XIVe division de grenadiers SS "Galice".

    Pendant la guerre, un total d'environ 2 millions de personnes parmi les citoyens d'autres pays et peuples ont combattu aux côtés des nazis. Parmi ceux-ci, 59 divisions, 23 brigades, plusieurs régiments, légions et bataillons distincts ont été formés.

    Au total, pendant les années de guerre, 4729 Hollandais, 7006 Danois, 5878 Norvégiens, 601 Suédois étaient en captivité soviétique. 6 033 Flamands et 2 812 Wallons de la division SS Valonia. À Berlin même, des unités SS de 15 États ont résisté à l'Armée rouge. L'un des participants français à ces batailles contre les troupes soviétiques écrira plus tard : « Toute l'Europe s'est réunie ici pour la dernière réunion.

    Ils sont attirés par les richesses de la Russie


    Le 22 juin marque le 80e anniversaire du début de cette dernière invasion de nos terres par les Européens, mais ils ont déjà commencé à oublier les leçons que notre armée leur a alors apprises. L'OTAN, qui comprend les armées de tous les États qui se sont battus auparavant contre notre pays, se rapproche de plus en plus des frontières de la Russie. La richesse de notre pays est à nouveau hantée par les Européens et les États-Unis, qui veulent faire revivre leurs civilisations mourantes à nos dépens.

    Lors du forum géopolitique international qui s'est tenu à Seattle en janvier 2016, le sujet du rejet de la Sibérie par la Russie a été ouvertement évoqué. Le célèbre russophobe Zbigniew Brzezinski, qui y a pris la parole, a déclaré : « Pour les Européens, la Sibérie pourrait s'avérer être ce que l'Alaska et la Californie, ensemble, sont devenus autrefois une source d'énorme richesse pour les Américains…

    Pour garder la Sibérie, la Russie aura besoin d'aide ; elle ne peut pas faire face seule à cette tâche dans le contexte du déclin démographique qu'elle connaît et des nouvelles tendances de la Chine voisine. Grâce à une présence européenne à grande échelle, la Sibérie pourrait à terme se transformer en un patrimoine eurasien commun, dont l'utilisation se ferait sur une base multilatérale. »

    Hitler et Napoléon n'ont pas réussi, alors répétons-le, Bzezhinsky a effectivement fait appel, qui dans son livre "Le grand échiquier" a directement parlé de la division de la Russie en trois formations d'État.

    Et beaucoup de gens en Occident en parlent. Par exemple, l'ancienne secrétaire d'État américaine Madeleine Albright a déclaré : « C'est la plus grande injustice lorsque des terres comme la Sibérie appartiennent à la seule Russie. Et la question ne se limite pas aux paroles des politiciens.

    Lors du sommet régulier de l'OTAN qui s'est tenu en juin, auquel ont participé des représentants de 30 États, une déclaration a été approuvée, qui témoigne encore une fois du fait que des intentions agressives continuent d'être tramées contre notre pays.

    L'alliance est insatisfaite de la réforme militaire et de la modernisation des forces conventionnelles et nucléaires de la Russie, d'une politique étrangère de plus en plus active à l'étranger proche et lointain, de l'opération en Syrie et des relations avec la Chine et l'Iran.

    L'OTAN continue d'accuser sans fondement la Russie d'"agression" imaginaire contre l'Ukraine et la Géorgie, prétendument "d'ingérence" dans les élections dans presque tous les pays européens et aux États-Unis, empoisonnant leurs citoyens avec des armes chimiques, etc.

    Le communiqué a annoncé que l'alliance renforcera également ses capacités militaires pour affronter plus efficacement la Russie, "dont les actions agressives", ainsi que le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations, considère qu'elles sont les principales menaces pour sa sécurité.

    Mais, si la Russie ne va attaquer personne, et cela est bien connu des services de renseignement de l'OTAN, il est clair que le « renforcement militaire » de l'OTAN n'est fait que pour une seule chose : une nouvelle « marche vers l'Est ».

    N'oubliez pas les leçons de l'histoire

    Et les ennemis de la Russie non seulement parlent, mais agissent aussi activement. Récemment, presque tous les pays européens de l'OTAN ont augmenté leurs dépenses militaires, et la Grande-Bretagne a annoncé qu'elle augmenterait d'un coup son arsenal nucléaire d'autant… de 40 % ! Washington, à son tour, a l'intention de dépenser un montant record de 740 milliards de dollars pour les besoins militaires cette année.

    Les plans comprennent la modernisation des forces armées, le développement de nouvelles technologies, ainsi que la poursuite de l'expansion de l'influence géopolitique des États-Unis. Et les dépenses militaires totales des États de l'OTAN en 2020 ont été estimées à 1 092,5 milliards de dollars (!), soit près de 61 milliards de dollars de plus qu'en 2019. Le volant d'inertie de l'agression imminente tourne de plus en plus activement.

    Le grand historien russe Vasily Klyuchevsky a écrit que "l'histoire n'enseigne rien, mais punit seulement l'ignorance des leçons". La Russie a puni l'Europe qui nous a attaqués plus d'une fois. Et nous ne voulons vraiment pas que cela se reproduise à ceux qui élaborent à nouveau des plans agressifs contre la Russie..


     
     
     

  • YVES DUTEIL, LAMARTINE, VAUGELAS, SAVOIE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

                             LANGUE FRANCAISE

     

    Lamartine appréciat le bon parler français en Savoie.

    Vaugelas, le Mauriennais, a écrit la gramaire française.

    Yves DUTEIL a écrit ceci: 

    ETRE ET AVOIR = JAMAIS L'UN SANS L'AUTRE

     

                                     l’auteur de ce beau poème est" Yves Duteil "

    Quelle extraordinaire et belle comparaison entre le verbe " avoir " et le verbe " être  "  le tout en poème.Il faut pour si bien réussir une telle présentation être un expert de la langue " Française "…… " chapeau " 

    Loin des vieux livres de grammaire,

    Écoutez comment un beau soir,

    Ma mère m'enseigna les mystères

    Du verbe être et du verbe avoir.

     

    Parmi mes meilleurs auxiliaires,

    Il est deux verbes originaux.

    Avoir et Être étaient deux frères

    Que j'ai connus dès le berceau.

     

     

    Bien qu'opposés de caractère,

    On pouvait les croire jumeaux,

    Tant leur histoire est singulière.

    Mais ces deux frères étaient rivaux.

     

    Ce qu'Avoir aurait voulu être

    Être voulait toujours l'avoir.

    À ne vouloir ni dieu ni maître,

    Le verbe Être s'est fait avoir.

     

     

    Son frère Avoir était en banque

    Et faisait un grand numéro,

    Alors qu'Être, toujours en manque.

    Souffrait beaucoup dans son égo.

     

    Pendant qu'Être apprenait à lire

    Et faisait ses humanités,

    De son côté sans rien lui dire

    Avoir apprenait à compter.

     

    Et il amassait des fortunes

    En avoirs, en liquidités,

    Pendant qu'Être, un peu dans la lune

    S'était laissé déposséder.

     

    Avoir était ostentatoire

    Lorsqu'il se montrait généreux,

    Être en revanche, et c'est notoire,

    Est bien souvent présomptueux.

     

    Avoir voyage en classe Affaires.

    Il met tous ses titres à l'abri.

    Alors qu'Être est plus débonnaire,

    Il ne gardera rien pour lui.

     

    Sa richesse est tout intérieure,

    Ce sont les choses de l'esprit.

    Le verbe Être est tout en pudeur,

    Et sa noblesse est à ce prix.

     

    Un jour à force de chimères

    Pour parvenir à un accord,

    Entre verbes ça peut se faire,

    Ils conjuguèrent leurs efforts.

     

    Et pour ne pas perdre la face

    Au milieu des mots rassemblés,

    Ils se sont répartis les tâches

    Pour enfin se réconcilier.

     

    Le verbe Avoir a besoin d'Être

    Parce qu'être, c'est exister.

    Le verbe Être a besoin d'avoirs

    Pour enrichir ses bons côtés.

     

    Et de palabres interminables

    En arguties alambiquées,

    Nos deux frères inséparables

    Ont pu être et avoir été.

     

     

    ....Oublie ton passé, qu’il soit simple ou composé,

    Participe à ton Présent pour que ton Futur soit Plus que Parfait.....

     

    Joli, non?

    Bien loin des contenus humoristiques et des envois habituels.

    Exceptionnellement ce texte mérite d'être transféré largement.

    Vive la langue française!

     

     
     
    Merci SABRINA de cet envoi.
  • VLADIMIR POUTINE, TELEVISION US NBC, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

     "POUTINE A NOUS PRESIDENT!": L'OUEST DISCUTANT DE L'INTERVIEW DU LEADER RUSSE Pour le


    deuxième jour, des millions de personnes à travers le monde se disputent à propos de l'interview que le président de la Russie a accordée à la société de télévision américaine NBC.

    Les propos de Poutine ont littéralement fait exploser Internet. Le public, à vrai dire, est déjà fatigué des approches révolutionnaires : on nous propose parfois de ne pas manger de viande, puis de ne pas prendre l'avion, puis pour une raison quelconque de s'agenouiller devant des Afro-Américains. Non, le président russe a simplement dit la vérité au journaliste de NBC Kir Simmons.

    C'est un message absolument exclusif à l'heure actuelle. Les médias anglo-saxons - et bon nombre des médias de masse suivants à travers le monde - enveloppent leur public d'un mélange si complexe de mensonges, de mensonges, d'omissions, de fausses nouvelles que les simples faits rapportés par le président russe sont déjà perçus comme une révélation.

    Ceci, bien sûr, ne concerne pas les médias officiels. Ils continuent tristement d'imposer leur programme, accusant la Russie et son chef de tous les péchés mortels.

    Fait intéressant, à la veille du sommet de Genève, le président Biden a également fait un certain nombre de déclarations. Mais ce sont là des formules assez rituelles, un gargouillement langoureux de rhétorique politique - "droits de l'homme", "démocratie", "montrons la dureté"... Cela n'intéresse personne, personne n'en discute avec enthousiasme. Mais les paroles de Poutine ont vraiment atteint toutes sortes de personnes, brisant les schémas imposés à la poubelle.

    "Je lui fais plus confiance (Poutine) qu'à toute notre administration de clowns", admet un lecteur américain du Nevada sur le site du tabloïd britannique Daily Mail. « Pourquoi n'allez-vous pas en Russie ? - l'adversaire s'y oppose. "C'est tout simplement incroyable le nombre de personnes qui se noient ici pour Poutine", écrit le commentateur. "Si vous ne l'aimez pas, cela ne veut pas dire qu'il a tort", argumente un autre avec lui. "Il n'aurait pas permis tout le gâchis qui se passe en Amérique aujourd'hui", résume le troisième.

    Bien sûr, beaucoup ne voulaient pas sortir de la matrice de désinformation dans laquelle ils étaient mis par les médias « libéraux ». Au final, l'image du monde que CNN et Facebook imposent à leurs utilisateurs est simple et cohérente. La nourriture et l'essence deviennent de plus en plus chères, il y a de plus en plus de dettes, l'hypothèque est en retard, il n'y a pas de travail. Qui est à blâmer pour cela? Bien sûr les Russes ! Cette histoire d'horreur permet à des guerriers étrangers d'Internet de rester allongés sur le canapé pendant des années et de ne rien faire. Mais si vous reconnaissez que votre gouvernement est responsable de tout cela, vous devez vous arracher au canapé, sortir dans la rue, faire quelque chose... Non, c'est trop difficile, vous n'avez pas besoin de tout cela.

    Cependant, l'écrasante majorité des commentateurs ont vu dans les propos de Poutine un véritable moyen de sortir de l'impasse dans laquelle l'establishment mondial les avait conduits. Les Trumpistes étaient particulièrement encouragés. La citation sur le fait que « l'ancien président des États-Unis, M. Trump, est un homme exceptionnel et talentueux », s'est répandue sur tous les réseaux sociaux et les médias.

    Il ne s'agit pas de Trump personnellement. Les Américains ordinaires sont bien conscients que la politique isolationniste de l'ex-président leur a été bénéfique, contribuant à renforcer à la fois les États-Unis et, en même temps, la paix dans le monde. Dans le même temps, les guerres informationnelles, économiques et culturelles que le Parti démocrate déclenche dans le monde tentent de briser les États-Unis et toutes les grandes puissances mondiales brique par brique.

    Les "blancs" libéraux "anti-américains ressentent simplement une haine morbide de la Russie, - dit le commentateur américain sur le site Daily Mail. - Notez que depuis cinq ou six ans, ils n'ont cessé de blâmer la Russie pour tout ce qu'ils font. pas comme la Russie, et ce n'est que l'exemple le plus honteux et le plus ridicule. "

    Au cours de la discussion sur l'interview de Poutine, le public a rappelé la bêtise de Bayden au sujet du « tueur » et l'a ouvertement ridiculisé. « Vous demanderez à Michelle ce que c'est que d'être mariée à un meurtrier », a déclaré sarcastiquement un lecteur de l'English Independent, faisant allusion aux nombreux meurtres de civils par drones que Barack Obama a commis tous les mardis lorsqu'il était président des États-Unis.

    "Qu'est-ce que c'est?" Un commentateur de Realclearpolitics demande avec émotion. "Je ne me souviens pas que NBC ait interrogé les Clinton sur de nombreux meurtres mystérieux qui leur sont attribués."

    Un succès absolu dans la presse mondiale a été une citation d'Américains placés en détention après la "prise d'assaut" du congrès le 6 janvier : "450 personnes ont été arrêtées, elles risquent de 15 à 25 ans de prison, et elles sont venues avec des revendications politiques. Isn n'est-ce pas cette persécution pour des opinions politiques ? » Pour la première fois depuis de nombreuses années, les Américains - et le monde entier - ont pensé que dans la ville brillante sur la colline, la citadelle de la démocratie, pour ainsi dire, ils persécutent sans pitié les dissidents politiques.

    Que prouve la réaction passionnée, intéressée et trop émotive de la communauté mondiale à l'entretien avec le président russe ? Oui, simplement que la Russie est maintenant revenue dans les rangs des superpuissances mondiales. L'opinion de son chef sur toutes les questions est analysée, biaisée et chaudement discutée. Tout le monde s'y intéresse, tout le monde s'en soucie.

    A la veille du sommet de Genève, on ne citera pas toutes les critiques que les citoyens américains abondent à l'encontre de leur président dans les réseaux sociaux et dans les rubriques Commentaires des principaux médias mondiaux. Il y a suffisamment d'insultes personnelles et de déclarations pas très décentes sur les talents diplomatiques de Biden. Pour le chef de tout État civilisé, ce serait probablement une raison de réfléchir à sa conformité officielle.

    Citons simplement un commentateur de St. Louis, USA : « J'aimerais pouvoir être Poutine pour la présidence - au lieu de Biden et Harris - à tout moment !